Eastern Boys


Alors qu’il traverse la gare du Nord, Daniel remarque un garçon, qui traîne là avec sa bande, et le suit.

Il finit par l’aborder et ils s’entendent pour se retrouver le lendemain chez Daniel. Lorsque, le lendemain, il ouvre la porte de son appartement pour fair entrer Marek, c’est toute la bande qui y pénètre...

La seconde séquence de ce film de Robin Campillo (Les Revenants), qui raconte l’intrusion de la bande dans l’appartement de Daniel, est absolument stupéfiante. Extrêmement et brillamment chorégraphiée, elle met en scène un cambriolage en forme de déménagement festif. Cette séquence reste fixée dans notre esprit jusqu’à la fin du film. Pour autant l’essentiel, l’enjeu de ce film n’est pas là mais dans la relation qui va naître entre Daniel et Marek. En effet, Daniel se retrouve nu, dépossédé de tous ses biens matériels et ce changement radical l’amène à reconsidérer sa vie confortable. Et lorsque Marek revient vers lui pour devenir, sans qu’il y ait cette fois de piège, son amant, la vie de Daniel et le film prennent une tout autre dimension. Peu à peu c'est un enjeu de désirs puis de paternité qui donnent au film toute son envergure pour l’emmener bien au-delà du simple fait divers de départ.

Willy Durand
France, 2013
2h10

Réalisation et scénario : Robin Campillo
Photographie : Jeanne Lapoirie
Musique : Arnaud Rebotini
Interprètes : Olivier Rabourdin, Kirill Emelyanov, Danil Vorobyev, Edea Darcque, Camila Chanirova, Beka Markozashvili
Distribution : Sophie Dulac Distribution

Avertisement : des scènes et des propos peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Dossier - commeaucinema.com
Dossier GNCR - gncr.fr
Page Facebook
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques