Les Bruits de Recife
(O Som ao Redor)


Des photographies en noir et blanc débutent le film. Ces images, qui racontent rapidement la vie féodale au sein d’une plantation, mettent l’histoire qui va suivre, et qui se déroule aujourd’hui, en perspective, comme un prolongement du passé sous d’autres formes.

En effet, à Recife, un quartier prospère de la ville de Setúbal sur la côte brésilienne, les apparences sont trompeuses car finalement les rapports sociaux d’hier sont toujours en place. Il y a les puissants à l’image du personnage de Francisco, véritable patriarche de la rue et sans lequel rien ne peut être entrepris. Ce n’est que parce qu’il donne son accord qu’une petite entreprise privée de surveillance peut s’installer dans la rue. Et il y a les propriétaires et les rapports fortement paternalistes qu’ils entretiennent avec les domestiques…

Portrait d’une rue, d’un quartier, Les Bruits de Recife réussit à en rendre toute la complexité car le réalisateur, avec beaucoup de finesse, fait se confronter de manière sonore (le travail sur le son est primordial) et visuelle les différents éléments qui la constituent : l’architecture, l’urbanisme, ceux qui vivent dans le quartier, les rapports qu’ils entretiennent les uns avec les autres mais aussi la manière dont ils circulent dans le quartier, sans oublier leur obsession de la sécurité. Fortement documenté (le réalisateur connaît parfaitement les lieux), ce film de fiction fait preuve d’une grande maîtrise.

Willy Durand
Brésil, 2012
2h10

Réalisation et scénario : Klerber Mendonça Filho
Photographie : Fabricio Tadeu, Pedro Sotero
Musique : Dj Dolores
Interprètes : Irandhir Santos, Gustavo Jahn, Maeve Jinkings, Waldemar José Solha, Irma Brown, Lula Terra
Distribution : Survivance
Critique - critikat.com
Dossier - commeaucinema.com
Page Facebook
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques