Au bord du monde


Paris est une belle ville. Elle est aussi très belle la nuit... Mais ici et là des hommes et des femmes vivent dehors.

Certains ont réussi à bâtir un abri de fortune sous un pont, d'autres n'ont rien et restent assis dans un coin, le long de la grille d'un parc, d'autres encore hantent les couloirs du métro. Ils sont fragiles, vulnérables, trempés quand il pleut, ignorés et abandonnés. Ce sont des sans-abri.

Ce très beau film de Claus Drexel fait exister des personnes que l'on peut croiser furtivement tous les jours dans les rues de Paris. Le jour, on les distingue à peine au milieu de la foule, du bruit, du temps qui manque pour oser flâner dans les rues, et souvent on ne veut pas les voir pour ne pas avoir à se demander si l'on doit donner ou pas... La nuit ils deviennent visibles car la foule a quitté les rues, la circulation est moins dense. Ils sont là, ils sont seuls. Ils peuvent se dire, se confier et Claus Drexel sait les écouter et les filmer. La caméra se tient à leur hauteur, comme leur égal, l'image les fait exister et fait exister leurs paroles. Des paroles qui ne sont pas anodines et qui ne sont pas seulement des histoires que l'on a vécu et qui font que l'on se retrouve dans la rue, ce sont aussi des paroles qui racontent une société, la nôtre, le monde comme il va. Ils sont bien placés pour en parler, ils vivent au bord de ce monde...

Willy Durand
France, 2013
1h40

Réalisation et scénario : Claus Drexel
Photographie : Sylvain Leser
Distribution : Aramis Films

Critique - critikat.com
Dossier - commeaucinema.com
Dossier ACID - lacid.org
Entretien - zerodeconduite.net
Site du distributeur
Site du film

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques