I Used to be Darker


Lorsqu’elle téléphone chez sa tante Kim de Baltimore, Taryn est loin de se douter qu’elle tombe au plus mauvais moment.

Kim est en effet en train de quitter son mari, Bill. En plus, Abby, la fille de Kim et Bill, n’est pas là. Bill retrouve néanmoins Taryn à la gare routière pour lui expliquer la situation avant de l’emmener chez lui. Taryn attend alors le retour de Abby car c’est à elle qu’elle veut se confier…

Après Putty Hill, un documentaire remarquable sur la manière dont toute une communauté faisait le deuil de Cory, un adolescent mort d’une overdose, Matthew Porterfield nous propose cette fois un film de fiction tout aussi fort mais moins dramatique. Il y est toujours question de l’adolescence et de la manière de faire face aux moments douloureux de la vie. Taryn est une adolescente en rupture qui cherche à prendre de la distance pour trouver ses réponses et sa propre voie. Mais à l’image de Taryn le film n’explicite pas l’enjeu, nous obligeant par nous-mêmes à essayer de comprendre ce qui ne va pas. Les choses se livrent par petite touches, tout en douceur. Le film fonctionne alors merveilleusement comme un miroir de cette adolescente et cela le rend assez magique. Le film est aussi rythmé par des univers musicaux (Kim et son mari sont des musiciens) très différents les uns des autres, comme autant de variations de nos sentiments intérieurs.

Willy Durand
USA, 2013
1h30

Réalisation : Matthew Porterfield
Scénario : Amy Belk, Matthew Porterfield
Photographie : Jeremy Saulnier
Interprètes : Deragh Campbell, Hannah Gross, Kim Taylor, Ned Oldham, Adèle Exarchopoulos, Nicholas Petroski
Distribution : E.D. Distribution
Critique - critikat.com
Critique - lepasseurcritique.com
Dossier - commeaucinema.com
Page Facebook du film
Site du distributeur
Site du film (Engl.)

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques