Borgman


Des hommes armés se réunissent et s'engagent dans une forêt. Alertés, d'autres hommes sortent de leurs abris souterrains pour prendre la fuite.

L'un d'entre eux, Camiel Borgman, se retrouve au sein d'un quartier résidentiel bourgeois et sonne à une porte pour demander à prendre un bain. Rejeté il finit pourtant par réussir à s'introduire dans cette maison, d'abord clandestinement puis officiellement...

Borgman de Alex Van Warmerdam (Les Habitants, La Robe) était sans aucun doute le film le plus singulier de la compétition du dernier festival de Cannes. Dès le début du film, avec ses hommes à l'allure de SDF qui sortent de terre, on sait que l'on va être entraîné dans une histoire improbable voire délirante. Si tout cela est plutôt réjouissant tant le film est singulier et surprenant tout du long, il est moins aisé d'en découvrir le sens et les lectures possibles de cette allégorie sont multiples.
On peut quand même, sans grand risque de se tromper, dire que ce film est à la fois une manière de contester le monde tel qu'il va, une manière de se révolter (de manière simpliste on peut, sans que cela puisse être définitif, y voir la revanche des pauvres sur les riches), mai surtout une manière de tourner en dérision les peurs de nos sociétés contemporaines.

Willy Durand
Pays-Bas, 2013
1h55

Réalisation, scénario : Alex Van Warmerdam
Photographie : Tom Erisman
Musique : Vincent Van Wamerdam
Interprètes : Jan Bijvoet, Hadewych Minis, Jeroen Perceval, Sara Hjort Ditlevsen, Eva Van de Wijdeven, Annet Malherbe
Distribution : ARP

Interdit au moins de 12 ans

Critique - critikat.com
Dossier - commeaucinema.com
Dossier Cannes 2013 - festival-cannes.fr
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques