Le Congrès
(The Congress)


Robin Wright est une actrice qui, d’après son producteur et son entourage, a raté sa carrière. On lui reproche d’avoir toujours fait les mauvais choix…

Néanmoins la société hollywoodienne Miramount lui propose un dernier contrat susceptible de lui assurer une belle fin de carrière sans qu’elle n’ait plus rien à faire. Elle doit accepter d’être intégralement scannée, son corps mais aussi toutes les émotions qu’elle est capable de jouer. Son avatar virtuel sera ensuite informatiquement mis en scène dans toutes sortes de films. Elle doit ensuite disparaître pendant 20 ans, jusqu’au grand congrès de la Miramount où enfin elle peut réapparaître, ou plutôt le personnage virtuel qu’elle veut être peut réapparaître…

Le nouveau film de Ari Folman (auteur de l’excellent Valse avec Bashir) s’interroge pour l’essentiel sur le cinéma et son devenir numérique. Bien que le film relève du cinéma d’anticipation, la situation décrite par le film n’est pas très loin de ce qui est déjà possible techniquement. Le cinéma est effectivement déjà en mesure grâce à l’informatique de se passer des acteurs, des équipes de tournage, etc. C’est d’ailleurs ce que nous propose le film puisque la première partie relève du cinéma de fiction classique, tandis que la seconde relève du cinéma d’animation. Un nouveau monde de cinéma se construit sous nos yeux pour le meilleur et pour le pire...

Willy Durand
USA, 2013
2h

Réalisation et scénario : Ari Folman d’après l’œuvre de Stanislas Lem
Photographie : Michael Englert
Musique : Max Richter
Interprètes : Robin Wright, Harvey Keitel, Jon Hamm, Paul Giamatti, Kodi Smit-McPhee, Danny Huston
Distribution : ARP Selection
Critique - courrierinternational (Ha'aretz)
Critique - lemonde.fr
Dossier - commeaucinema.com
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques