Pieta


Kang-do est l'homme de main d'un usurier qui oblige les personnes endettées à souscrire des assurances contre les accidents du travail.

S'ils ne peuvent pas rembourser leurs dettes, cet homme leur casse une jambe, leur coupe un doigt afin qu'ils touchent l'assurance et remboursent leurs dettes. Cet homme est détesté, il vit seul et ne laisse aucun sentiment l'embarrasser. Un jour, une femme se présente et s'impose à lui comme étant sa mère...

On ne peut, tout d'abord, que se réjouir d'assister au retour de Kim Ki-duk tant ses derniers films nous avaient laissé perplexes et semblaient peu inspirés. Pieta est un film noir qui décrit un univers brutal et recherche le moyen de nouvelles possibilités. Comme le titre l'indique, la religion fait partie des horizons possibles mais Kim Ki-duk brouille ce message longtemps incarné par le personnage de la mère. Au final, notamment grâce à un retournement de situation inattendu, on comprend que quelque chose est à réinventer pour que des relations humaines retrouvent quelque chose de la sensibilité et de l'amour, et que la vengeance est vaine.

Willy Durand
Corée du sud, 2012
1h45

Réalisation, scénario et photographie : Kim Ki-duk
Interprètes : Jung-jin Lee, Min-soo Jo, Ki-hong Woo, Eun-jin Kang, Jae-rok Kim
Distribution : Pretty Pictures

Lion d’Or - Venise 2012

Interdit au moins de 12 ans avec avertissement
Critique - lemonde.fr
Critique - science-action.com
Site du distributeur
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques