Wadjda


Wadjda vit principalement avec sa mère car son père, qui pense sérieusement à se remarier parce que sa femme ne lui a pas « donné » un fils, est toujours absent.

A l’école, la situation de Wadjda n’est pas plus joyeuse car elle est continuellement contrainte par un système particulièrement étouffant. Heureusement sur le chemin de l’école elle s’amuse avec Abdallah et est bien décidée à avoir, comme lui, un vélo. Cependant, il n’est pas permis aux jeunes filles de faire de la bicyclette. Cela n’arrête pas pour autant Wadjda et elle cherche à gagner l’argent nécessaire pour cet achat. Une occasion se présente lorsque l’école organise un concours de récitation coranique. Tout en étant nullement intéressée par le Coran et la religion, elle se plie à l’exercice, mécontentant au passage ses amies qui la considère dorénavant une traître…

Première femme réalisatrice d’Arabie Saoudite, Haifaa Al Mansour construit autour du personnage de Wadjda une histoire qui lui permet de dire les archaïsmes et l’autoritarisme de la société saoudienne. Pour l’essentiel ce sont les femmes qui subissent cette oppression mais sur le fond c’est toute une culture traditionnelle qui ne semble pas avoir évoluée qui est, dans ce film, exposée et questionnée.

Willy Durand
Arabie Saoudite, 2012
1h40

Réalisation et scénario : Haifaa Al Mansour
Photographie : Lutz Reitemeier
Musique : Max Richter
Interprète : Waad Mohammed, Reem Abdullah, Abdullrahman Al Gohani, Ahd, Sultan Al Assaf, Dana Abdullilah
Distribution : Pretty Pictures
Critique - humanite.fr
Critique - lemonde.fr
Critique - rue89.com
Dossier - commeaucinema.com
Page Facebook du film
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques