5 caméras brisées
(5 Broken cameras)




Emad Burnat et Guy Davidi nous font vivre des moments forts avec le quotidien d'un petit village palestinien de Cisjordanie. Emad Burnat a commencé ce documentaire à la naissance de son quatrième enfant, juste au moment où les villageois commençaient à manifester contre la construction d’une clôture entre le village et les colonies israéliennes proches. Les gens du village – qui ont fait le choix de ne pas porter les armes pour lutter – se battent tous les jours pour leur liberté, pour leurs terres dont ils ont été expropriés. Leurs récoltes sont brûlées, ils se font emprisonner, sont blessés, parfois tués par les balles de l’armée israélienne. Emad Burnat filme jour et nuit, nous montre la violence au quotidien et la résistance pacifique. Il filme la mort d’un ami proche, un personnage attachant, pendant les manifestations. On vit l’angoisse de sa femme quand elle le voit arrêté par l’armée, le regard perplexe de son fils qui, comme tous les enfants, assiste à cette violence. La fin du film nous offre tout de même une perspective plus optimiste.

__________


Emad Burnat

Né à Bil’in, en Palestine. Depuis 2005, il est cameraman et photographe free-lance. Il a filmé pour des chaînes de télévision comme Al-Jazeera, des chaînes israéliennes et pour la télévision palestinienne. Il travaille régulièrement avec l’agence Reuters et a filmé des séquences de plusieurs documentaires.



Guy Davidi

Né à Jaffa. Il est réalisateur de films documentaires et professeur de cinéma. Il a été chef opérateur sur les films Hamza et Journal d’une orange pour France 3. Il a également réalisé des courts métrages documentaires présentés en festivals. En 2010, il réalise son premier long métrage, Interrupted Streams.

Imad Makhzoum
Palestine / Israël, 2011
1h30

Réalisation : Emad Burnat et Guy Davidi
Photographie : Emad Burnat
Musique : Le trio Joubran
Distribution : Zeugma Films
Bil'in, un village de Palestine
Dossier - commeaucinema.com
Dossier - rue89.com
Site du distributeur
Site du film (Engl)
Uri Avnery : Ich bin ein Bil'iner (9/3/2013)

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques