Without


Joslyn arrive sur une île pour s’occuper de Franck, un homme âgé dans un état végétatif. La maison est au milieu d’un forêt, isolée.

Au début elle s’occupe de lui comme d’un malade, sans lui prêter vraiment attention. Joslyn est triste et quand elle ne s’ennuie pas elle passe le temps à faire de la gymnastique ou à regarder des photographies de sa petite amie sur son téléphone portable. Etrangement ce téléphone n’est pas toujours là où elle l’avait laissé… Elle fait la connaissance de Joe et accepte de passer une soirée avec lui mais là encore elle s’ennuie. Joslyn est perdue et bouleversée et l’immobilité de Franck la dérange.

Without fait le récit d’une douleur intérieure qu’il faut surmonter et Franck, personnage fantômatique et un peu inquiétant, fonctionne comme un mur auquel il s’agit de se confronter si l’on veut envisager de se reconstruire. Il est finalement le seul face auquel Joslyn peut, sans crainte du regard ou du jugement de l’autre, se permettre d’exprimer ses sentiments et de s’éprouver.

Willy Durand
USA, 2011
1h30

Réalisation et scénario : Mark Jackson
Photographie : Jessica Dimmock, Diego Garcia
Musique : Dave Eggar, Nancy Magarill
Interprètes : Joslyn Jensen, Ronald Carrier, Darren Lenz, Bob Sentinella, Piper Weiss, Brooke Bundy, Jody long
Distribution : Atpopic Distribution
Critique - lemonde.fr
Dossier - commeaucinema.com
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques