Rêve et silence
(Sueño y silencio)


Au tout début du film, on découvre les dessins colorés du peintre Miquel Barceló ; ensuite des images en noir et banc et une succession de plans statiques, de plans coupés : un mur, un champ, un couloir, un piano, des personnages hors champ.

Peu à peu les dialogues dévoilent l’intrigue : c’est la vie ordinaire d’un couple, Oriol et Yolanda – il est architecte, elle est professeure de lycée – ils ont deux filles Celia et Alba ; les vacances se déroulent en Catalogne avec les grands-parents. Il y a eu un drame ; on assiste à un enterrement. Qui est mort ? Que s’est-il passé ?

Ce film traite avec beaucoup de subtilité de la difficulté du deuil et comment reprendre goût à la vie. Ce qui frappe particulièrement c’est la forme de ce film ; ce n’est pas un film comme les autres ; Jaime Rosales cherche à éveiller les consciences avec un langage cinématographique très personnel ; c’est véritablement un cours de réalisation et de mise en scène proposé par le réalisateur.

C’est une œuvre exigeante mais humaine et sincère qui réclame un spectateur actif qui doit refaire le puzzle de quelques morceaux de vie racontée à voix basse ; c’est un film qui peut ennuyer, déconcerter mais si vous êtes curieux, allez voir Rêve et Silence qui est une véritable œuvre d’art cinématographique.

Janick James
Espagne / France, 2012
1h50

Réalisation : Jaime Rosales
Scénario : Enric Rufas, Jaime Rosales
Photographie : Óscar Durán
Interprètes : Yolanda Galocha, Oriol Roselló, Jaume Terradas, Laura Latorre, Alba Ros Montet, Celia Correas
Distribution : Bodega Films
Critique - lemonde.fr
Dossier - commeaucinema.com
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques