Près du feu
(Sentados frente al fuego)


Près du feu est un film inattendu et il vaut mieux ne pas commencer à le raconter...

Le risque d’en dire trop est là très grand et serait susceptible de lui enlever toute sa force. Lorsque l’on commence à regarder Près du feu,on s’interroge, pendant un certain temps, sur le pourquoi de ce film, tant il semble difficile d’identifier l’enjeu, ce qui se joue entre les principaux protagonistes, ce qu’ils font là, etc. On peut alors renoncer au film et ce serait dommage car, très subtilement, sans que rien ne soit clairement énoncé, on finit par découvrir une histoire humaine toute simple mais d’une grande beauté, une histoire d’amour, un voyage d’une grande tendresse au cœur des sentiments humains face à une situation irréversible. Le silence, les gestes, peuvent en dire beaucoup plus long que les dialogues, c’est le pari de ce film et cela fonctionne. Quand le film se termine on reste étonné. On se doit alors de reprendre le film au début, de relire ce que l’on a vu avec les informations que l’on détient à la fin du film. Tout s’éclaire, c’est magique mais surtout on prend tout d’un coup la dimension de l’histoire, de ce moment particulier, que le film a exposé. On comprend et toutes les situations simples et quotidiennes vécues par les deux principaux protagonistes deviennent exceptionnelles. Même si tout cela semble inhabituel il faut oser Près du feu, le voir et le laisser cheminer.

Willy Durand
chili, 2011
1h35

Réalisation et scénario : Alejandro Fernández Almendras
Photographie : Inti Briones
Musique : George Gurdjieff
Interprètes : Daniel Munoz, Alejandra Yáñez, Daniel Candia, Tichi Lobos
Distribution : Arizona Distribution
Critique - snes.edu
Dossier - commeaucinema.com
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques