La Vierge, les coptes et moi


Namir est bien décidé à réaliser son premier film et réussit pour cela à être soutenu par un producteur lorsqu’il lui propose de faire un film sur les apparitions miraculeuses de la Vierge au sein de la communauté copte égyptienne.

Il commence par interroger à Paris les membres de sa famille avant de se rendre en Égypte pour enquêter. Cependant au fil des jours, son projet ne progresse pas et Namir se laisse porter, au grand désarroi de son producteur qui décide de ne plus le soutenir, par les rencontres et son histoire familiale… Pour autant Namir est déterminé à mener son projet jusqu’au bout.

Ce premier long métrage fait le choix de l’humour et de l’autodérision pour raconter une expérience qui ne manque pas de piment et qui entremêle différentes histoires dont le principal protagoniste est le réalisateur lui-même : ses relations familiales, sa mère mais aussi ceux et celles qu’il rencontre pour la première fois et qui le renseignent sur son histoire, ses relations avec le producteur du film, avec un pays d’origine et une communauté religieuse, et bien entendu avec un film à faire très compliqué car il n’y a rien à filmer… L’ensemble est fort réjouissant et on s’amuse autant que le réalisateur.

Willy Durand
France / Egypte, 2012
1h25

Réalisation : Namir Abdel Messeh
Scénario : Nathalie Najem, Anne Paschetta, Namir Abdel Messeh
Photographie : Nicolas Duchene
Distribution : Sophie Dulac Distribution

Critique - lemonde.fr
Dossier - commeaucinema.com
Dossier ACID - lacid.org
Dossier GNCR - gncr.fr
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques