Bovines
(ou la vraie vie des vaches)


Poil blanc, regard calme, démarche paisible. Emmanuel Gras nous plonge dans un monde inconnu, celui des ruminants aux yeux doux auxquels nous prêtons si peu attention.

Sans commentaire, il donne à voir un quotidien mystérieux dont nous ignorons tout, ou presque. Le réalisateur s’approche au plus près, saisit chaque instant charnière de la vie d’une vache. Il s’immisce dans leur intimité sans jamais la perturber. Respectueux, comme investi d’une mission, il pose un regard prévenant sur les bêtes. Bovines est un film sur les vaches, un portrait, une immersion. C’est aussi un parti pris de cinéma radical, un savoir-faire de cadreur orfèvre qui éclaire sur une nature proche devenue étrangère.

Bovines, tantôt mélancolique tantôt joyeux, saisit le prosaïque ainsi que la magie qui imprègnent tour à tour la vie du ruminant. La beauté du documentaire réside aussi dans l’absence de discours polémique. Naissance et mort d’une vache, vie jalonnée d’événements mineurs ou de chamboulements irréversibles. Devant la caméra du cinéaste, c’est la foudre qui se déchaîne, le veau qui dort ou la vache qui renifle un reliquat abandonné par l’homme. Histoire d’amour filiale, mise à l’épreuve loin du troupeau : la vache avance, meugle sa dévotion, sa peine, son enthousiasme et nous emmène avec elle à travers champs.

L’expérience bucolique extrême...

__________


Emmanuel Gras



On me demande souvent comment j’ai pu avoir l’idée de faire un film sur les vaches. On réalise des films sur tous les animaux sauvages possibles, mais ces bêtes avec lesquelles nous avons une relation particulièrement intime puisqu’on les mange, ne semblent pas dignes de notre intérêt. Comme si le bétail n’avait pas d’histoire, pas de vie avant de devenir des steaks ou des saucisses. Et c’est précisément cette absence de connaissance qui m’a attiré, l’envie de savoir à quoi pouvait bien ressembler une vie de vache, cet animal qui représente l’essence de l’animal d’élevage : un être plus puissant que l’homme mais qui se laisse docilement dominer par lui. J’ai eu envie de parler d’élevage, mais en me plaçant du côté des animaux. Ensuite, lorsqu’on essaie de faire un film là-dessus, le défi devient rapidement vertigineux : pour nous humains, le quotidien des vaches se résume à peu de chose, brouter, dormir, ruminer. Pour réussir à le raconter, il fallait se poser des questions de cinéma.
France, 2011
1h05

Réalisation, scénario et photographie : Emmanuel Gras
Distribution : Happiness Distribution



Pour aller plus loin :

- Witold Gombrowicz ici.

- Friedrich Nietzsche ici.
Critique - critikat.com
Dossier - commeaucinema.com
Dossier ACID - lacid.org
Page Facebook du film
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques