38 témoins


Alors qu’elle rentre d’un voyage professionnel en Chine, Louise découvre que sa rue a été le théâtre d’un crime.

Cela s'est passé la nuit, dans la rue, une femme a été assassinée. La police mène l'enquête en interrogeant les habitants de la rue dont les fenêtres donnent sur le lieu du meurtre puisqu'il semble bien que la femme ait été agressée dans la rue avant d'être assassinée dans un couloir d'immeuble. Personne n'a rien vu et rien entendu. Pierre, le mari de Louise, qui travaille sur le port, déclare, après avoir évité les convocations de la police, qu'il travaillait cette nuit-là... La presse aussi mène son enquête... Et Pierre se sent de moins en moins bien dans sa peau...

A partir d’un fait divers, le meurtre devant 38 témoins d’une femme dans le Queens (New York) qui a inspiré dans un premier temps l’écrivain Didier Decoin, Lucas Belvaux dresse le portrait d'un homme qui, dans un premier temps, se rallie à la loi du silence qui implicitement s'est imposée dans le quartier. Néanmoins la pression, de l'enquête de police, de la presse mais surtout de la mauvaise conscience, l'amène peu à peu à parler. L'enjeu est au moins de deux ordres : se libérer du fardeau du mensonge mais aussi de tenter de se comprendre et de comprendre pourquoi on est resté sans rien faire, comme paralysé en entendant les cris dans la rue.

Willy Durand
France, 2011
1h45

Réalisation, scénario : Lucas Belvaux d’après le roman « Est-ce ainsi que les femmes meurent ? » de Didier Decoin
Photographie : Pierric Gantelmi D’Ille
Musique : Anne Van Dongen
Interprètes : Yvan Attal, Sophie Quinton, Nicole Garcia, Léonard François Feroleto, Natacha Régnier
Distribution : Diaphana
Critique - lemonde.fr
Dossier - commeaucinema.com
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques