Ronde de nuit
(Ronda Nocturna)




Buenos Aires, la nuit. Victor déambule dans les rues de son quartier. Pour subvenir à ses besoins il se prostitue et vend de la drogue. Un de ses amants réguliers, un inspecteur de police, lui annonce qu'il ne pourra sans doute plus le protéger. Victor va alors se perdre dans la nuit. Sa soif de découvertes et d’expériences le conduit à côtoyer la lisière de plusieurs mondes, du plus misérable au plus luxueux.

Plongée onirique dans une ville de misère et de folie, ce film est aussi une descente dans les profondeurs de la peur la plus irrationnelle : celle de la pulsion meurtrière de l’amour. Filmé comme un documentaire, Ronde de nuit vacille peu à peu dans le fantastique. Celui de la nuit et des fantômes comme autant de présences peu réconfortantes mais très culpabilisantes.

__________


Edgardo Cozarinsky



Écrivain, critique et réalisateur de plus de vingt films, Edgardo Cozarinsky est né à Buenos Aires en Argentine. Il s'est installé à Paris depuis 1974 pour fuir la dictature militaire. Artiste aux capacités littéraires multiples, il est surtout connu pour ses documentaires : La Guerre d’un seul homme en 1981, Boulevards du crépuscule en 1992, Citizen Langlois en 1994 et Le Violon de Rotschild en 1996. Il passe à la fiction en 2003 avec Dans le rouge du couchant puis Ronde de nuit en 2005. Son dernier film, Nocturnos, a été présenté au dernier festival de Venise.
Argentine, 2005
1h25

Réalisation et scénario : Edgardo Cozarinsky
Photographie : Javier Miquelez
Musique : Carlos Franzetti
Interprètes : Gonzalo Heredia, Mariana Anghileri, Rafael Ferro, Dario Trippichio
Distribution : Epicentre Films
Critique - critikat.com
Dossier - commeaucinema.com
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques