Oslo, 31 août
(Oslo, 31. August)


Parce qu’il a décroché un entretien d’embauche, Anders, un jeune homme en cure de désintoxication, se rend en ville.

C’est l’occasion pour lui de revoir sa famille et surtout ses amis mais le regard des autres le blesse et, lui-même, n’est plus le même et ne retrouve pas le plaisir qu’il avait à être avec ceux qu’il connaissait. Il sent qu’il peut retrouver les forces pour se sentir à nouveau vivant mais pour cela il doit pouvoir revoir celle qu’il aimait.

L’époque n’est pas la même, le contexte non plus, mais comment ne pas penser au film de Louis Malle, Le Feu follet. Ce qui n’a pas changé, c’est la difficulté à être, le regard rétrospectif sur ce à côté de quoi on est passé. Le sentiment de gâchis. Mais ce film, remarquable par sa justesse, dresse aussi le portrait d’une jeunesse entre adolescence et âge adulte. Le récit est ainsi rythmé par des témoignages indépendants du récit sans pour autant le perturber. Un film fort.

Willy Durand
Norvège, 2011
1h35

Réalisation : Joachim Trier
Scénario : Eskil Vogt, Joachim Trier
Photographie : Jakob Ihre
Musique : Ola Fløttum
Interprètes : Anders Danielsen Lie, Johanne Kjellevik Ledang, Kjærsti Odden Skjeldal, Petter Widthkristiansen
Distribution : Memento Films
Critique - lemonde.fr
Dossier - commeaucinema.com
Page Facebook
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques