Hanezu, l'esprit des montagnes
(Hanezu no tsuki)


Aux temps des Dieux, dans la vallée d’Asuka, berceau du Japon, trois montagnes rivales, Unebi, Miminashi et Kagu, s’affrontaient... C’est là que vivent aujourd’hui Takumi, son mari Tetsuya et Kayoko.

Takumi s’ennuie dans la maison moderne de son mari et dès qu’il s’absente elle rejoint Kayoko, son amant, un sculpteur qui vit tranquillement et traditionnellement. Pour ce dernier, la vie est avant tout recherche du plaisir.

Dans la plupart des films de Naomi Kawase (Shara, La Forêt de Mogari), il y a souvent des forces invisibles ou fantomatiques qui continuent d’agir sur le destin des hommes. Ces forces agissent sur Takumi et Kayoko comme elles ont agi sur leurs grands-parents. Une histoire universelle, poétique, pour un très beau film dont le charme continue d’agir longtemps après la projection. Le temps est comme suspendu pour les protagonistes en recherche d’équilibre et d’harmonie au travers des plaisirs les plus simples de la vie, les promenades, la contemplation de la nature, l’attention à l’autre, la cuisine, la lenteur, etc. Mais la nature tragique des relations entre les trois montagnes et de la vie va bousculer ce bonheur. Il n’en reste pas moins qu’en ces temps de vitesse et d’efficacité, le film de Naomi Kawase nous rappelle avec douceur que nous sommes intimement lié au monde et que nous n’avons rien à gagner à vouloir nous en séparer.

Willy Durand
Japon, 2011
1h35

Réalisation, scénario et photographie : Naomi Kawase d’après l’œuvre de Masako Bando
Musique : Hasiken
Interprètes : Tota Komizu, Hako Ohshima, Tesuya Akikawa, Akaji Maro, Taiga Komizu
Distribution : UFO Distribution
Critique - critikat.com
Critique - lemonde.fr
Dossier Festival de Cannes 2011
Page Facebook
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques