Le Havre


Marcel Marx exerce son métier honorable mais non rémunérateur de cireur de chaussures en gare du Havre. Il mène une vie satisfaisante dans le triangle constitué par le bistrot du coin, son travail et sa femme Arletty.

Deux événements vont bouleverser sa paisible existence : la rencontre avec un enfant immigré originaire d’Afrique noire et la grave maladie qui s'abat sur Arletty...

Ce nouveau film du réalisateur finlandais Aki Kaurismäki (Crime et châtiment, Leningrad Cowboys Go America, J'ai engagé un tueur, Tiens ton foulard, Tatiana, Les Leningrad Cowboys rencontrent Moïse, Au loin s’en vont les nuages, Juha, L'Homme sans passé, Les Lumières du faubourg), découvert au dernier festival de Cannes, est une œuvre forte tant du point de vue formel que dans son propos social et politique.

Le Havre s'inscrit dans la lignée de ses précédents films, par la peinture poétique et burlesque qu'il fait des misères et grandeurs de ses personnages. Mais en prenant pour décor Le Havre et le contexte bien particulier de la France d'aujourd'hui, il frappe plus fort que jamais. Sans perdre une once de son univers esthétique (tonalités des lumières, décors épurés tout droit sortis des années 50...) et sans s'éloigner de ses partis-pris de mise en scène très peu réalistes (plans précisément cadrés, personnages figés ou aux démarches singulières, économie de dialogues...), il dépeint un monde bien réel. Un monde certes cruel et injuste, mais que Kaurismäki peuple de gens aux origines sociales et culturelles diverses qui ont, qu'ils le veuillent ou non, tous à voir les uns avec les autres. Un monde où l'on peut encore lutter et se serrer les coudes. Un monde où la fantaisie, le rire et l'utopie peuvent changer le cours des choses.

Le personnage de Marcel Marx, interprété avec une élégance désuète et une diction parfaite par André Wilms, se heurte à la froide mécanique d'un État policier en voulant simplement aider un enfant. Suivre son combat entêté est un véritable enchantement.

Armelle Pain
France / Finlande, 2011
1h35

Réalisation et scénario : Aki Kaurismäki
Photographie : Timo Salminen
Interprètes : André Wilms, Kati Outinen, Jean-Pierre Darroussin, Blondin Miguel, Elina Salo, Evelyne Didi
Distribution : Pyramide
Critique - laterna-magica.fr
Critique - lemonde.fr
Dossier Cannes 2011 - festival-cannes.fr
Dossier de presse
Entretien - humanite.fr

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques