Habemus Papam


Suite à la mort du Pape, les cardinaux se réunissent en conclave pour élire son successeur, dans le secret des voûtes du Vatican. A l'extérieur, les croyants et les médias scrutent la cheminée d'où doit s'échapper la fumée blanche qui annoncera l'élection du nouveau souverain pontife.

Après plusieurs heures de réflexions et d'échanges silencieux mais intenses (on entend les pensées des cardinaux telles qu'imaginées par Moretti, qui sont comme autant de prières à un Dieu qui guiderait le choix final), le Cardinal Melville, interprété par Michel Piccoli est élu par ses pairs.

Saisi d'angoisse et de panique, celui-ci s'effondre au moment où le cardinal protodiacre prononce depuis le balcon de la Basilique Saint-Pierre la formule « Habemus Papam » (nous avons un Pape). Contre toute attente, le Vatican fait alors appel à un psychanalyste interprété par Nanni Moretti, qui va vivre quelques jours au contact des personnes qui peuplent cet Etat très particulier. La situation fait que Melville n'est pas tout à fait un patient anonyme et que cela fausse le travail psychanalytique, Moretti l'envoie donc voir son ex-femme, meilleure psychanalyste après lui ! Mais à l'occasion de cette sortie, le Pape fugue...

Cinq ans après Le Caïman (2006) qui présentait de manière allusive l'ascension au pouvoir de Silvio Berlusconi, Nanni Moretti s'intéresse cette fois-ci à un homme que le pouvoir effraie et qui doute de sa capacité à l'exercer. Un homme d'âge mûr qui a suivi une voie et qui se pose des questions sur sa vie et ses choix à un moment décisif. Habemus Papam peut être également vu comme une douce folie imaginée par un Romain que le Vatican, avec tout son mystère et son cérémonial, intrigue. C'est aussi une critique subtile des médias et de l'information en continu, entre pronostics, façon tiercé et révérence face à l'apparat de l'Eglise, façon mariage princier. Partant d'un microcosme très singulier, Nanni Moretti réussit donc à amuser tout en évoquant les faiblesses humaines, le spectacle et le jeu des apparences, la nostalgie de l'enfance mais surtout l'aspiration au bonheur et à la liberté.

Armelle Pain
Italie, 2011
1h45

Réalisation : Nanni Moretti
Scénario : Federica Pontremoli, Francesco Piccolo, Nanni Moretti
Photographie : Alessandro Pesci
Musique : Franco Piersanti
Interprètes : Michel Piccoli, Nanni Moretti, Jerzy Stuhr, Renato Scarpa, Franco Graziosi, Margherita Buy
Distribution : Le Pacte
Critique - blog.slate.fr/projection-publique
Critique - lemonde.fr
Critique - lepoint.fr
Dossier - commeaucinema.com
Nanni Moretti - cineclubdecaen.com
Site du film

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques