All that I love
(Wszystko, co kocham)


1981 en Pologne. Janek, 17 ans, et ses copains ont monté un groupe de rock. Au travers de leur musique ils expriment leur rejet de la société et leurs aspirations à la liberté. Ils dénoncent les hypocrisies de la politique et de la société.

Dans le même temps, dans les rues, le syndicat Solidarité de Lech Waleza déclenche des grèves massives. L'époque est à la répression. Et le punk rock n'est pas très bien vu des autorités...

L'action de ce film se situe à un moment important de l'histoire contemporaine de la Pologne et Jacek Borcuch a choisi de faire le portrait de cette époque via celui de la jeunesse. Une jeunesse qui ne revendique pas, contrairement au mouvement ouvrier, mais qui aspire tout autant à la liberté et qui se bat pour pouvoir exister en fonction de ses désirs. C'est aussi le moment de la découverte de l'amour. On le sait, ces rêves seront brisés, et le film prend alors une autre dimension, celui d'un moment de respiration inédit, d'insouciance.

Willy Durand
Pologne, 2009
1h35

Réalisation et scénario : Jacek Borcuch
Photographie : Michal Englert
Musique : Daniel Bloom
Interprètes : Mateusz Kosciukiewicz, Olga Frycz, Jakub Gierszal, Andrzej Chyra, Anna Radwan, Katarzyna Herman
Distribution Séance Tenante pour Fodivina Films
Critique - critikat.com
Dossier - commeaucinema.com
Dossier de presse
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques