Si tu meurs, je te tue


Philippe, qui vient de sortir de prison, rencontre Avdal, un kurde à la recherche d’un criminel irakien. Les deux hommes se lient d’amitié. Avdal, qui rêve de rester en France, a prévu de faire venir à Paris sa fiancée, Siba.

Soudain, Avdal meurt. Philippe se retrouve seul à devoir s’occuper de ses funérailles. Sibaarrive à Paris et apprend la mort de son fiancé... Recueillie par un groupe de Kurdes, elle fait la connaissance de Philippe alors que Cheto, le père d’Avdal arrive également à Paris...

Entre drame et comédie Si tu meurs, je te tue est un film original et plein de charme réalisé par Hiner Saleem, auquel on doit des films comme Vodka lemon, mais aussi Kilomètre zéro et Dol ou la vallée des tambours. Le film est aussi une bonne occasion de retrouver l'actrice Golshifteh Farahani qui était venu clore les Reflets du cinéma iranien autour du film Deux anges de Mamad Haghighat.
France, 2010
1h30

Réalisation et scénario : Hiner Saleem
Photographie : Manuel Teran
Interprètes : Jonathan Zaccaï, Golshifteh Farahani, Özz Nüjen, Menderes Samancilar, Billey Demirtas, Mylène Demongeot, Jane Birkin
Distribution : Océan Films
Critique - lemonde.fr
Dossier - commeaucinema.com

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques