Black Diamond


Le film tisse la toile d'un réseau anarchique et international de spéculation et de trafic de jeunes garçons africains, agissant sous l'égide du culte du football mondialisé. Des taudis d'Accra et d'Abidjan aux rutilants temples du sport financés par les pétrodollars, il nous mène sur la piste d'Ananse, l'araignée, figure ancestrale du folklore, qui ruse, trompe et manipule ses pairs.

Des familles entières sont prêtes à y sacrifier leurs seuls biens. Alors sur le marché des êtres humains, faute de trouver le diamant, l'or des fous fera l'affaire.

Le film, mêlant entretiens, documents en caméra cachée et images d'animation, est une plongée en apnée dans le côté le plus sombre du footbusiness. Là il n'est pas question des millions de dollars qui s'affichent pour les transferts des joueurs les plus quottés, mais de la poignée de dollars qui est extorquée aux malheureux prétendants au miroir aux alouettes du vedettariat assumé qui a donné son visage à l'un des sports les plus populaires de la planète.

Quelques dollars et c'est le début d'une virée en enfer, dans le monde des intermédiaires, de l'enfumage, de l'entourloupe la plus totale. Un monde sans aucune rupture avec celui, plus clinquant, sur lequel les médias nous donnent un regard, mais pourtant un monde étrangement oublié à l'heure où les pays développés, dont la France, se mettent, tardivement, au repentir concernant les questions les plus graves que sont le trafic des corps et la reconnaissance des fautes historiques ayant trait à l'esclavagisme.
France, 2009
1h45

Réalisation : Pascale Lamche
Photographie : Olivier Raffet
Montage : Rodolphe Molla
Distribution : Shellac
Critique - critikat.com
Critique - marianne2.fr
Dossier - commeaucinema.com
Site du distributeur
Site du film

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques