L'Oiseau d'argile




Anou, 11 ans, est envoyé par son père dans une madrasa (école coranique) à la veille de la guerre civile de 1971 qui aboutira à lapartition du Pakistan, donnant naisssance au Bangladesh.

Ce récit quasi autobiographique évoque la fin brutale de l'enfance d'Anou avec en toile de fond une réflexion sur la tolérance, la liberté, latradition (ses vertus et ses perversions). Tareque Masud évite les pièges de l'exotisme et de la nostalgie pour nous proposer de suivre cet enfant en train de perdre son innocence et de rencontrer des personnages attachants tiraillés entre hindouisme et Islam, marxisme et conservatisme, tradition et modernisme. Leurs histoires s'inscrivent dans l'Histoire. Pour échapper à l'aveuglement de son père et de l'institution religieuse, Anou se recrée un espace de liberté où le merveilleux et l'amitié ont leur place.

Ce film sensible est réhaussé d'une photographie remarquable et d'une habile intégration de magnifiques chants bengalis et soufis. On sort de la salle avec la satisfaction de se sentir tant enrichi que dépaysé.

Alain Huard
France / Bangladesh, 2002
1h34

Réalisation et scénario : Tareque Masud
Photographie : Sudheer Palsane
Musique : Moushumi Bhowmik
Interprètes : Nurul Islam Bablu, Russell Farazi, Jayanto Chattopadhyay, Rokeya Prachy
Distribution : MK2 Diffusion

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques