Hautes herbes




Dans une terre reculée, un enfant et un homme partagent leur secret, les hautes solitudes et la perte de l'être aimé.

« Y a-t-il encore une écoute possible, pour le premier court métrage d’un jeune homme solitaire et silencieux – un de ceux dont Jean Cocteau prophétisait qu’un jour le cinéma leur appartiendrait – convaincu qu’il ne faut pas raconter l’histoire, mais la montrer, qu’il ne faut pas tout dire sur ses personnages, mais préserver leurs secrets, que les corps en suspension dans le plan sont plus parlants que les dialogues, que l’on peut encore rechercher dans une forêt d’aujourd’hui la lumière de Murnau et de Dreyer, que faire un premier film est la chose la plus importante du monde quand on a vécu des années pour cela ? Le film s’appelle Hautes herbes, son auteur, Mathieu Gérault. » (Alain Bergala)

En mémoire d'Étienne Marceau

« Nous apprenons avec une profonde émotion la disparition d'Étienne Marceau, à l'âge de 21 ans.

J'ai rencontré Étienne en juillet 1999 pour le tournage du film
Hautes herbes. Étienne interprétait le premier rôle, il avait alors onze ans et un bras dans le plâtre.

Hautes herbes se tournait en noir et blanc dans la campagne du Nord-Mayenne. Nous préparions le film avec de longues promenades dans les bois. Étienne ramassait des feuilles, se fabriquait des bâtons, cherchait des châtaignes perdues. Je lui racontais mon histoire d'enfant, il me racontait son histoire. Dans ces traversées de bois sauvages, nous nous tenions d'un lien secret.

Parfois je me faisais mal comprendre. Je ne trouvais pas mes mots, pas les mots d'un enfant. Étienne me regardait alors sans rien dire et cognait sa tête presque chauve contre les arbres. En riant, avec sa lumière d'éclats.

Pendant le tournage, fatigué, il s'allongeait dans les herbes et s'endormait avec le soleil. Alors semblaient veiller sur lui les saints du ciel et le cri sévère des corbeaux. Endormi dans les fougères épaisses, Étienne semblait être le chef de cette étrange armée d'oiseaux.

Étienne était un enfant lumineux. Un enfant doux, sensible. Sa présence était élégiaque. Dans ce bois noir et blanc, il nous fit entendre le souffle sincère de l'enfance, la grâce de l'innocence du monde.

Pour moi, ce fut une rencontre éblouissante, la naissance d'un frère. Il me laisse une empreinte profonde, une trace inoubliable. Nous ressentons une immense tristesse aujourd'hui.

Nous souhaitons nous associer à la douleur de sa famille et de ses proches et leur exprimer nos plus sincères condoléances.

Et nous pensons à tous ces enfants, ces cœurs purs qui blottissent contre eux la lumière jusqu'aux derniers instants, ces enfants qui disparaissent dans la douleur d'exister.
» (Mathieu Gérault)


Mathieu Gérault



De 1994 à 1998 Mathieu Gérault étudie à l'Université de Rennes I et obtient une licence de Mathématiques. Il s'installe ensuite à Paris et suit les cours de cinéma de l'Université Paris III - Censier. Hautes Herbes est son premier court métrage. Il termine en ce moment son premier long métrage.
France, 2001
26 mn

Réalisation et scénario: Mathieu Gérault
Photographie : Pierre Cottereau
Interprètes : Étienne Marceau, Manuel Mazaudier
Distribution : G.R.E.C.

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques