Hiroshima, mon amour




Août 1957. Elle est à Hiroshima pour tourner un film sur la paix. C'est dans ce cadre qu'Elle, française, et Lui, japonais, se sont rencontrés. Ils s'aiment. Elle doit rentrer en France mais Lui ne veut pas qu'ils se quittent. Ils n'ont plus qu'une journée devant eux. Il lui parle d'Hiroshima, Elle lui raconte le soldat allemand qu'elle a aimé, son premier amour, à Nevers à la fin de la guerre et qui a été tué.

Hiroshima, mon amour est le premier long métrage d'Alain Resnais et a été écrit par Marguerite Duras. L'amour peut-il être plus fort que la guerre ? Lui a peur d'oublier Hiroshima et lui dit tout le temps « tu n'as rien vu à Hiroshima ». Elle a peur d'oublier l'amour, son premier amour. Japonais, Il lui rappelle cet homme, allemand, aimé passionnément à Nevers pendant la guerre. Peur de le perdre à nouveau, peur d'aimer l'autre au travers de lui mais aussi peur d'oublier l'autre pour lui. De part et d'autre les sentiments sont confus et cela est particulièrement bien rendu par les dialogues écrits par Marguerite Duras. Il y a aussi une séquence musicale qui revient tout le temps et qui ne nous quitte plus tant elle habite le film et cette histoire d'amour atemporelle. Emmanuelle Riva, enfin, qui interprète Elle dans le film, sa voix, douce, raconte la douleur passée, la perception de la catastrophe apocalyptique d'Hiroshima et ses peurs de l'avenir. Un film magnifique.

Alain Resnais



Alain Resnais se nourrit très jeune de cinéma, de littérature, de bandes dessinées et de théâtre. Il commence avec des documentaires comme Van Gogh (1948) ou Les Statues meurent aussi (1953), puis Nuit et Brouillard (1956). Après son véritable premier long métrage, Hiroshima mon amour[/italique] (1959), c'est L'Année dernière à Marienbad (1961). Viennent ensuite : Muriel ou le Temps d'un retour en 1962, Je t'aime, je t'aime en 1967 et Stavisky en 1974. Il retrouve une veine plus personnelle avec Providence (1976) et Mon oncle d'Amérique (1979). Une sorte de détachement amusé se dessine de Mélo (1986), Smoking/No smoking (1992), On connaît la chanson (1997), jusqu'à son tout dernier film Les Herbes folles (2009). Un cinéaste reconnu et récompensé mondialement.

Willy Durand
France / Japon, 1958
1h30

Réalisation : Alain Resnais
Scénario : Marguerite Duras
Photographie : Michio Takahashi, Sacha Vierny
Musique : Georges Delerue, Giovanni Fusco
Interprètes : Emmanuelle Riva, Eiji Okada, Stella Dassas, Pierre Barbaud, Bernard Fresson
Distribution : Tamasa Distribution
Alain Resnais - cineclubdecaen.com
Alain Resnais - transmettrelecinema.com
Critique - cineclubdecaen.com
Critique - critikat.com
Dossier - transmettrelecinema.com
Dossier Télédoc - cndp.fr

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques