Japón




Un homme se rend au fin fond du Mexique, dans un petit village situé au sein de paysages sauvages et vertigineux formant une sorte d’enfer minéral, afin de se préparer à la mort. Il est hébergé par une vieille femme, considérée comme folle par les villageois et qui croit en Dieu. Ce n'est pas le cas de cet homme qui semble être peintre mais dont on ne sait rien si ce n'est qu'il a certainement vécu un drame. Le seul indice se trouve dans une scène onirique lors de laquelle une jeune femme (sa fille ? sa femme ?) embrasse la vieille femme qui est peut-être la mort elle-même ?

Ce premier film de Carlos Reygadas s’avère être un très grand film. L’enjeu de cette mystérieuse histoire est éminemment métaphysique : la dialectique de celui, le peintre, qui veut renoncer au monde et de celle, la vieille femme, qui est à la fois la mort, la vierge, la sainte, le monde, la terre et le désir. Au-delà de ces interrogations métaphysiques fondamentales, le film fascine par la manière dont le réalisateur a filmé les paysages, les espaces et les matières. Une œuvre impressionnante.

Willy Durand
Mexique, 2002
2h09

Réalisation et scénario : Carlos Reygadas
Photographie : Diego Martinez Vignatti
Musique : Jean Sébastien Bach, Arvo Pärt, Dimitri Shostakovich
Interprètes : Alejandro Ferretis, Magdalena Flores, Carlos Reygadas Barquín, Martin Serrano, Roland Hernández
Distribution : Bodega Films


accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques