La Cérémonie




Monsieur Lelièvre, chef d’entreprise, habite une « malouinière » à deux pas de la mer. Sa femme tient une galerie de peinture à Saint-Malo. Ils ont deux grands enfants : Mélinda et Gilles, bien sous tous rapports. Madame Lelièvre, à la recherche d’une domestique à demeure, trouve la perle rare en la personne de Sophie, employée de maison modèle, mais stricte et taciturne. Elle se lie avec Jeanne, la volubile et délurée postière de Saint-Coulomb. La rencontre de cette gentille famille bourgeoise et de ces deux femmes va déclencher un drame implacable, réglé comme une « cérémonie ».

Claude Chabrol, peintre caustique et malicieux de la bourgeoisie française, nous livre une chronique sociale, un suspense dans la pure tradition hitchcockienne, une mise en scène de la « fracture sociale » nouvelle version de la lutte des classes…

« Je m’étais placé dans une situation compliquée, je voulais que tout le film fonctionne sur le non-dit, sans savoir d’avance ce qui serait compréhensible. J’ai horreur des films avec des panneaux indicateurs. Déjà le scénario était le plus elliptique possible… L’ambition du film est de procéder par petites notations, qui viennent de l’observation des gens, de leur comportement et de leurs relations. » (Claude Chabrol)

Après Violette Nozière, Betty et Une affaire de femmes, Claude Chabrol nous donne encore à voir des portraits de femmes énigmatiques et complexes, merveilleusement servis par Sandrine Bonnaire et Isabelle Huppert.

Claude Chabrol



Après une licence de lettres, Claude Chabrol se tourne vers le cinéma. Il devient critique dans les revues Art et Les Cahiers du cinéma. En 1957 il réalise son premier long métrage Le Beau Serge, considéré comme la première œuvre de la Nouvelle Vague. Il impose alors son style et enchaîne les films : Les Cousins en 1959 puis Les Bonnes femmes (1960). Puis les succès : La Femme infidèle (1968), Le Boucher (1969), Que la bête meure (1969), Violette Nozière (1978), Poulet au vinaigre (1983) suivi de L'Inspecteur Lavardin, Une affaire de femmes (1988), L'Enfer (1993). Pour son 50e film Claude Chabrol tourne, en 1996, une comédie, Rien ne va plus. Viennent ensuite : Au cœur du mensonge (1999), La Fleur du mal (2003), La Demoiselle d'honneur (2004), L'Ivresse du pouvoir (2006) et Bellamy (2009).

Georges Durand
France, 1995
1h50

Réalisation : Claude Chabrol
Scénario : Claude Chabrol et Caroline Eliacheff d’après L’Analphabète de Ruth Rendell
Photographie : Bernard Zittermann
Musique : Claude Chabrol
Interprètes : Isabelle Huppert, Sandrine Bonnaire, Jacqueline Bisset, Jean-Pierre Cassel, Virginie Ledoyen, Valentin Merlet
Distribution : Mk2 Diffusion
Analyse : "Représentation de la femme dans l’œuvre de Claude Chabrol" (Ariane Beauvillard) - iletaitunefoislecinema.com
Claude Chabrol - cineclubdecaen.com
Claude chabrol - site-image.eu
Critique - cineclubdecaen.com
Dossier - abc-lefrance.com
Dossier pédagogique - ac-nantes.fr
Dossier pédagogique CNC - site-image.eu

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques