Liberté


Théodore est vétérinaire et maire d'un village situé en zone occupée pendant la Seconde Guerre mondiale. Il recueille P'tit Claude, 9 ans, dont les parents ont disparu au début de la guerre.

Mademoiselle Lundi, l'institutrice fait la connaissance des Tsiganes qui se sont installés à quelques pas de là parce que le temps des vendanges approche. Humaniste et républicaine convaincue, elle s'arrange, avec l'aide de Théodore, pour que les enfants tsiganes soient scolarisés. De son côté, P'tit Claude se lie d'amitié avec Taloche, grand gamin bohémien de 30 ans qui se promène partout. Mais les contrôles d'identité imposés par le régime de Vichy se multiplient et les Tsiganes, peuple nomade, n'ont plus le droit de circuler librement...

Dès le début du film, on plonge dans l’histoire, on se sent bien dans une atmosphère chaleureuse avec de la musique, du rire et de belles images. Très vite on se prend d'affection pour Taloche, un être extravagant et touchant à la fois, qui saute, danse et court. Il est l’expression même de la « liberté ». Un rôle magnifiquement interprété par le petit fils de Chaplin, James Thierrée. L’histoire du peuple bohémien durant la guerre est rarement traitée au cinéma. Tony Gatlif brise le silence qui entoure le génocide des Tsiganes et nous incite à réfléchir sur notre situation d’aujourd’hui, en nous rappelant une sombre page oubliée de notre Histoire. Ce film ne vous laissera pas indifférent. Un film émouvant, passionnant, magnifique...

Tony Gatlif



Dans sa jeunesse, Tony Gatlif est assidu du ciné club de son école. Il poursuit des études aux Beaux-Arts à Paris, puis prend des cours d'art dramatique. Il débute en 1969 une carrière de comédien au théâtre et à la télévision. En 1973, il réalise un premier court métrage, Max l'Indien puis en 1978 son premier long métrage, La Terre au ventre, le portrait d'une famille dépassée par les événements de la guerre d'Algérie. Viennent ensuite Les Princes (1982), Rue du départ (1986), Latcho Drom (1993), un documentaire consacré à la communauté tsigane, Mondo (1994), Gadjo dilo (1997), Vengo (1999), Swing (2001), Exils (2003), Transylvania (2005) et Liberté (2009). Parti de rien, autodidacte, Tony Gatlif est considéré comme le cinéaste de la mémoire du peuple tsigane auquel il appartient.

Imad Makhzoum
France, 2008
1h50

Réalisation et scénario : Tony Gatlif
Photographie : Julien Hirsch
Musique : Delphine Mantoulet, Tony Gatlif
Interprètes : Marc Lavoine, Marie-Josée Croze, James Thiérrée, Rufus, Kevyn Diana, Mathias Laliberté, Carlo Brandt, Arben Bajraktaraj, Georges Babluani
Distribution : UGC

Articles des élèves du Lycée Raoul Vadepied d'Evron ici.
Critique (L'art libertaire de Tony Gatlif, par Mehdi Benhallal) - blog.mondediplo.net
Dossier - commeaucinema.com
Dossier - excessif.com
Dossier - mondomix.com
Entretien - humanite.fr
Page facebook du film
Site de la FNASAT
Site du distributeur
Tony Gatlif - site-image.eu

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques