Qu’un seul tienne et les autres suivront


Zorah pour faire le deuil de son fils mort en France décide de se rendre à Marseille pour comprendre ce qui s'est passé. Elle réussit à devenir la nounou de Céline, la sœur de François, l'amant et meurtrier de son fils.

François est en prison et attend son jugement. Eva et Stéphane forment un couple à la dérive qui vit toujours chez les parents de ce dernier. Elle se prostitue à l'occasion et Stéphane vit de petits boulots qu'il ne réussit pas même à remplir. À la suite d'un accident, Eva se retrouve aux urgences où François vient la chercher. Il rencontre Pierre, un truand local, qui, frappé par son extrême ressemblance avec un ami incarcéré, lui propose de prendre sa place en prison lors d'une visite au parloir. Stéphane, hésitant, fini par accepter la proposition contre une forte somme d'argent. Laure, une jeune adolescente de 16 ans, tombe amoureuse d'Alexandre, un jeune délinquant au grand cœur qui se met fréquemment dans diverses bagarres. À la suite de l'une d'elles, il est emprisonné pour coups et blessures sur les forces de l'ordre. Laure pour pouvoir lui rendre visite en prison trouve le subterfuge d'être accompagné par Antoine, un jeune interne en médecine qui devient son ami.

Il s’agit d’un film choral, où trois histoires distinctes se nouent finalement dans une belle séquence, dans le parloir d’une prison. Le film nous touche moins par son scénario – habile, mais un peu artificiel peut-être – que par des moments de grâce où se révèlent des comédiens, comme Reda Kateb (déjà remarquable dans Un prophète de Jacques Audiard) ou les jeunes Pauline Etienne et Vincent Rottiers, qui n’encombrent pas habituellement les écrans et qui renouvellent l’image de la France au cinéma. C’est le premier long métrage d’une cinéaste, formée à la FEMIS puis dans un stage au Cambodge auprès de Rithy Panh, dont nous attendrons avec curiosité de nouvelles réalisations.

« Je voulais un titre qui soit comme un appel, une parole de résistance, une injonction à "tenir" face à l’adversité que chacun de mes personnages traverse. Quelque chose qui parle aussi du courage que chacun déploie au cœur de son histoire. » (Léa Fehner)

Antoine Glémain
France, 2009
2h

Réalisation : Lea Fehner
Scénario : Lea Fehner, Catherine Paillé
Photographie : Jean-Louis Vialard
Musique : Luc Meilland
Interprètes : Reda Kateb, Farida Rahouadj, Dinara Droukarova, Pauline Etienne, Vincent Rottiers
Distribution : Rezo Films
Critique - anglesdevue.com
Critique - critikat.com
Critique - lemonde.fr
Dossier - commeaucinema.com
Entretien - excessif.com
Site du distributeur

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques