La Famille Wolberg


Dans la famille Wolberg, on demande le père, Simon, maire d'une petite ville de province, aux goûts et aux comportements étonnants – amusants ou irritants selon.

On demande la mère, Marianne, qui peut se sentir parfois trop aimée et qui voit en cachette un « blond » au grand dam de Simon. On demande le fils Benjamin, 10 ans, qui se pose beaucoup de questions sur la vie, et la fille, Delphine, qui va avoir 18 ans et songe à quitter le foyer familial avec son amoureux. Pour compléter le tableau, on croisera le grand-père juif et tristement veuf et l'oncle marginal et aimant. Le film cueille tout ce petit monde à un moment charnière de leur histoire commune...

Tour à tour actrice (Le Pont des arts d'Eugène Green, La Révolution sexuelle n'a pas eu lieu de Judith Cahen), scénariste (La France et Mods de Serge Bozon), mais aussi critique de cinéma (à la Lettre du cinéma, puis au Cercle sur Canal+ Cinéma), Axelle Ropert réalise ici son premier long métrage découvert à la Quinzaine des réalisateurs 2009. Sa grande réussite est de dresser avec délicatesse le portrait de personnages touchants (même s'ils sont parfois agaçants) et de faire passer une tension sourde, celle de l'amour infini de Simon pour ses proches, à travers quelques scènes d'une intense émotion.

Armelle Pain
France, 2009
1h20

Réalisation et scénario : Axelle Ropert
Photographie : Céline Bozon
Interprètes : François Damiens, Valérie Benguigui, Léopoldine Serre, Valentin Vigourt, Serge Bozon, Jean-Luc Bideau, Jocelyn Quivrin
Distribution : Pyramide
Critique - benzinemag.net
Critique - excessif.com
Critique - lemonde.fr
Critique - liberation.fr
Dossier - commeaucinema.com

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques