Tesis




Meurtre à l'université

Angela, une étudiante en sciences et communication de l'image, prépare une thèse sur la violence dans le domaine de l'audiovisuel. Pour l'aider dans son mémoire, le professeur Figueroa lui propose d'effectuer des recherches dans la vidéothèque de l'université. Le lendemain, Angela le retrouve mort dans une salle de projection.

Avec Chema, un camarade de classe, elle décide de visionner la cassette qui se trouvait dans le magnétoscope : c'est un snuff movie, l'enregistrement d'un meurtre réel ! Une femme y est torturée à mort... Terrifiée et intriguée à la fois, elle décide, avec l'aide de Chema, d'en savoir plus.

Question à Alejandro Amenabar

Vous n'avez pas peur que l'on vous accuse de faire l'apologie de la violence ?

Je crois que l'intention et le ton de Tesis sont clairs. Je parle de violence mais je ne la montre pas. Le montage permet de savoir tout ce qui se passe sans que cela soit insupportable... Je ne dénonce pas pour autant le cinéma expressément violent ! Mais arriver à combiner la cruauté du message avec la sensibilité du public est un des principaux paris de ce film.

Question à Ana Torrent


Comment vois-tu Angela ?


C'est quelqu'un qui souffre de curiosité quasi maladive. Elle est attirée par la mort et par la violence. Ce sont des thèmes qu'elle n'aime pas, elle n'y prend pas plaisir, mais elle ne peut éviter d'en ressentir une attraction toute particulière. Pour elle, cela va au-delà de l'étude scientifique et de la thèse qu'elle prépare.

Le point de vue de la critique


"La première habileté d'Amenabar est d'avoir situé son histoire dans le cadre le plus banal qui soit pour le public d'aujourd'hui : une université (la Complutense à Madrid)... Le scénario, fondé sur des retournements et des doutes, sur des poursuites haletantes et des investigations rigoureuses (la dissection des images et l'art de les faire parler), est donc habile. La mise en scène d'Amenabar l'est encore plus, qui repose sur l'art de ne pas montrer... Amenabar a fait un thriller réaliste, inscrit dans la société contemporaine et dans un vraisemblable sans défaut." (Jean-Pierre Jeancolas - Positif)
Espagne, 1996
2h10

Réalisation et scénario : Alejandro Amenábar d'après l'oeuvre originale de Mateo Gil
Photographie : Hans Burmann
Musique : Alejandro Amenábar, Mariano Marin
Interprètes : Ana Torrent, Fele Martínez, Eduardo Noriega, Miguel Picazo, Rosa Campillo, Nieves Herranz, Javier Elorriaga
Distribution : Colifilms
Alejandro Amenabar - cinespagne.com
Critique - laternamagika.wordpress.com
Critiques - cinemafantastique.net

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques