Jacquot de Nantes


En 1939, Jacquot a 8 ans. Son père est garagiste à Nantes et sa mère Marilou tient un petit salon de coiffure. Jacquot mène une enfance heureuse avec son frère Yvon et rêve de leur jolie voisine, un peu plus âgée, Reine.

Mais la guerre arrive et avec elle, la mobilisation générale, la peur et les privations. Raymond Demy échappe au front mais la famille s'enferme un peu sur elle-même comme ceux des Nantais restés dans la ville. Reine est partie. Mais pour Jacquot, la guerre ne signifie pas encore grand-chose: ce qui l'intéresse, c'est le Guignol et les opérettes.

Ensuite, il découvre le cinéma, avec Becker, Bresson, Carné et les autres. Il achète un vieux projecteur à deux institutrices et passe inlassablement quelques muets de Chaplin. Puis il échange quelques-uns de ses jouets contre une caméra 9,5 mm. Il réalise alors son premier film. C'est l'époque du bombardement de Nantes en 1943. Jacquot et Yvon font plusieurs séjours à la campagne, chez un sabotier. Revenu à Nantes à la Libération, Jacquot doit, pour obéir à son père, entrer au collège technique. Le soir, dans son grenier, il réalise un dessin animé, Attaque nocturne. De passage à Nantes, Christian-Jaque le voit et l'apprécie. Cela convainc Raymond Demy de laisser partir son fils à Paris pour faire du cinéma.

Agnès Varda



Agnès Varda étudie à l'École du Louvre et à la faculté de lettres de Paris. Pendant 10 ans elle est photographe attachée au T.N.P. En 1954, elle se lance dans le cinéma sans aucune formation, avec un long métrage déjà annonciateur de la Nouvelle Vague : La Pointe courte. Elle invente la « cinécriture » : c'est de l'image que doit naître l'histoire et non l'inverse. Elle réalise alors Cléo de 5 à 7 (1961), Le Bonheur (1964), Les Créatures (1965), Loin du Vietnam (1967), Daguerréotypes (1975), L'Une chante, l'autre pas (1976). Le film qui la consacre demeure Sans toit ni loi (1985). On lui doit aussi un hommage rendu à son époux disparu, Jacquot de Nantes (1990), puis Les Cent et une nuits (1994), Les Glaneurs et la glaneuse (1999) et Les Plages d'Agnès (2008).
France, 1990
2h

Réalisation et scénario : Agnès Varda d'après l'œuvre originale de Jacques Demy
Photographie : Patrick Blossier, Agnès Godard, Georges Strouvé
Musique : Joanna Bruzdowicz, Antonio Vivaldi, Jean-Sébastien Bach
Interprètes : Philippe Maron, Edouard Joubeaud, Laurent Monnier, Brigitte de Villepoix, Daniel Dublet, Clément Delaroche, Rody Averty, Hélène Pors
Distribution : Ciné Tamaris

__________


Dossier pédagogique réalisé par Nicole Montaron ici.

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques