Les Contes de l'horloge magique




L'Horloge magique de Starewitch renaît sous la palette de Jean Rubak, et les trois marionnettes qui l'habitent et qu'elle anime (un singe, une ballerine, un bouffon), nous présentent trois œuvres du grand animateur russe.

On suit tout d'abord les mésaventures d'une petite fille, dont un huissier véreux et cruel ruine la mère. La petite fille, vivote alors de la charité grâce à ses chansons, résistant à la faim et au froid grâce au soutien précieux de son singe apprivoisé... malin comme un singe ! C'est lui qui récupérera chez l'huissier les papiers qui permettront à la petite et à sa mère de vivre à nouveau ensemble, heureuses.

Puis on assiste à la parade d'un brave soldat de plomb pour séduire une jeune ballerine, bien réelle, elle. Triste destinée que celle de cet amoureux transi ? Peut-être pas tant que ça...

Et l'horloge révèle enfin les péripéties qu'un vieux magicien-horloger tente de recréer avec les petits personnages qu'il façonne pour son Horloge magique. Mais est-ce vraiment lui qui invente ce roi d'opérette et son bouffon aux invraisemblables acrobaties, ces chevaliers qui affrontent de furieux dragons, ce combattant vaincu par le contenu d'une bouteille, cette princesse un peu trop volage... ? Ou n'est-ce pas plutôt sa petite fille, qui, en rêve, s'immisce dans toutes ces aventures, et s'identifie à la princesse tant convoitée ?

Ladislas Starewitch

Ladislas Starewitch est né à Moscou en 1882 de parents polonais. Autodidacte, il s’intéresse à la peinture, à la photographie et surtout à l’entomologie. C’est pour expliquer la vie des insectes au Musée ethnographique de Kovno (Lituanie) qu’il tourne son premier film d’animation, La
Belle Lucanide
(1911). Il s'exile en France à partir de 1920. Nina, sa fille cadette, devient la vedette d’une série de films parmi les plus inventifs, mêlant animation, trucages et images réelles. Son long métrage Le Roman de Renard, tourné à partir de 1929, ne sortira en France qu’en 1941. Il continuera de tourner jusqu’à sa mort en 1965, réalisant au total une centaine de films en prise de vues réelles et/ou animation.
France, 2003
1h05

Réalisation : Ladislas Starewitch, Jean Rubak
Scénario : Ladislas Starewitch
Directeur artistique : Xavier Kawa-Topor
Voix du narrateur : Rufus
Musique : Jean-Marie Sénia
Distribution : Gebeka Films

__________


Dossier pédagogique réalisé par Nicole Montaron ici.

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques