A l’origine


À sa sortie de prison, Philippe Miller ne trouve pas de travail. Ayant mis la main sur un carnet de bons de commande d’une société de BTP, il a l’idée de se procurer du matériel professionnel et de le revendre à des entreprises. Mais bientôt, son activité d’escroc va prendre une dimension inattendue…

En effet, au hasard de ses déplacements, Philippe découvre un chantier d’autoroute abandonné, dans une région où l’arrêt de ces travaux avait été vécu comme une catastrophe. Il décide, en se faisant passer pour un entrepreneur, de réaliser le « coup » de sa vie. Mais son mensonge bientôt le dépasse : il a entraîné derrière lui toute une commune sinistrée, sa maire (Emmanuelle Devos) et ses habitants trop heureux de cette occasion de sortir de l’inactivité et du marasme ; il en arrive à reprendre « pour de bon » le chantier et commence à construire avec eux l’autoroute…

Cette incroyable histoire est inspirée de faits réels qui se sont déroulés près du Mans en 1997 : Xavier Giannoli a rencontré certains de leurs protagonistes, dont « l’imposteur » lui-même alors en prison.

« Je voulais filmer un dérapage humain, explique le réalisateur. Un gars qui court après ce qu'il a mis en place et qui lui échappe. (…) Il y avait l'idée de faire une fresque intime avec un personnage qui va vivre une aventure humaine folle ».

Par les grandioses images du chantier, la musique, l’ampleur, le rythme et la durée du film, Xavier Giannoli donne à cette aventure une dimension épique. Il montre qu’elle relève aussi d’un mystérieux parcours individuel qui passe par la révélation amoureuse et la découverte des autres, mettant en jeu l’identité de Miller (François Cluzet, excellent) : le parcours « d’un type qui apprend la vérité sur lui-même et sur le monde à partir de son propre mensonge », et qui finit par vivre une sorte de « rédemption par l’escroquerie ».

« C’est l’histoire d’un homme qui se cherche, dit encore Giannoli - et comme il n’a pas les mots, il trouve les gestes en construisant une autoroute au milieu d’un champ » : tout se passe « comme si les événements décidaient de ce qu’il devait être ou devenir », comme si, « en répondant à une nécessité étrange », il ne faisait en quelque sorte que « son travail ». En même temps, en lui faisant « remuer ce paysage avec ses machines », Xavier Giannoli fait de Philippe « un homme qui essaye d’aménager le monde pour le rendre supportable, d’en refaire une aventure ».

Une histoire passionnante. Un film ambitieux, très maîtrisé, qui parle de lien social et de travail… et que l’on peut voir aussi comme une fable sur le cinéma et la création artistique (ou sur la grandeur et l'absurdité des entreprises humaines ?).

Alain Le Foll
France, 2008
2h10

Réalisation et scénario : Xavier Giannoli
Photographie : Glynn Speeckaert
Musique : Cliff Martinez
Interprètes : François Cluzet, Emmanuelle Devos, Stéphanie Sokolinski (Soko), Vincent Rottiers, Gérard Depardieu
Distributeur : EuropaCorp Distribution
Critique (L. Delmas) - sites.radiofrance.fr
Critique - lemonde.fr
Critique - lesinrocks.com
Critique - telerama.fr
Dossier - commeaucinema.com
Entretien - e-media.ch
Site du film

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques