Après la folie


Pendant huit mois, Michaël Hamon a posé sa caméra à Nantes dans les locaux du Groupe d'Entraide Mutuelle « Le nouveau Cap », une association de malades en réinsertion après leur hospitalisation dans des services de santé mentale.

Un lieu où les malades, accompagnés par des professionnels, tentent de se resocialiser, de briser la solitude et de reprendre confiance en eux.

Le film est la chronique de ce lieu de vie, après la folie. C’est aussi la rencontre avec Jean-Jacques, Benoît, Dominique, Nadia et d’autres, atteints de schizophrénie, de dépression ou de troubles bipolaires. Face à la caméra, ils racontent, avec une incroyable lucidité, le début de la maladie, les symptômes, les réactions de l’entourage.

Pas de place pour des avis de médecins ou des commentaires d’experts, la parole est aux malades, « pour permettre à chacun de comprendre et d’avoir moins peur, mais aussi pour savoir ce qui se passe après la crise de folie. Comment continuer à exister quand on entend des voix, quand on doit lutter contre des envies suicidaires ou quand on se retrouve sous tutelle… »

« J'ai une énorme sympathie pour eux, dit Michaël Hamon, je les comprends. J'ai voulu faire un film doucement militant sur ce tabou vécu par beaucoup et qu'on connaît peu. »

Ce documentaire a pour le réalisateur une part plus intime, plus personnelle : c’est aussi un moyen d’évoquer, par personnes interposées, sa propre expérience.

Josette Luciani
France, 2009
55 mn

Réalisation, scénario et photographie : Mickaël Hamon
Production / Diffusion : Plan Large
Entretien - ouest-france.fr
Entretien et extrait - telenantes.com
Un autre extrait

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques