Belle époque




Espagne, printemps 1931 : la monarchie touche à sa fin et une ère nouvelle se profile à l'horizon. Mais pour le moment règnent désarroi, confusion et désordre. Le flot de liberté qui a envahi le pays est sur le point de déborder. Fernando, un jeune déserteur qui erre à travers la campagne, rencontre Manolo, un vieux peintre, sage et désabusé, retiré du monde. Il offre au jeune homme aide, protection et amitié. Vient alors le jour où Fernando doit partir. Or, le même jour, les quatre filles de Manolo arrivent de Madrid pour passer quelques jours avec leur père. Lorsque Fernando les voit descendre du train, il retourne chez Manolo.

Chronique des jours heureux


Le film est une chronique, une peinture de ces jours que Fernando va passer en compagnie de Manolo et ses filles. Jours mêlés d'amour et d'amitié, de joie et tristesse, de plaisir et douleur, qui seront les meilleurs de sa vie, mais en cet instant, il ne peut se rendre compte qu'il vit sa "belle époque".

Un film très agréable, drôle, avec une pointe de tragique. Le décor est très beau et réussi. C'est la campagne au printemps. C'est aussi un lieu et une période propices à toutes les folies.

Les hommes sont présentés comme des personnes subissant le quotidien. C'est un régal pour les femmes. Fernando Trueba montre des femmes libres assumant complètement leur vie. Elles apparaissent dans ce film comme les seules à prendre en main leur destinée. Elles sont actives et les choix qu'elles font sont réfléchis.

C'est un film à voir car plein d'espoir. Les personnages, quelle que soit leur position politique et sociale dans le village, sont capables d'une très grande tolérance. En ces temps plutôt moroses, le réalisateur nous apporte la preuve que tolérance, différence, respect des autres peuvent coexister pour le plus grand bien-être de tous.
Espagne, 1994
1h50

Réalisation : Fernando Trueba
Scénario : José Luis Garcia Sanchez, Fernando Trueba et Rafael Azcona d'après son histoire
Photographie : José Luis Alcaine
Musique : Antoine Duhamel
Interprètes : Fernando Fernan Gomez, Jorge Sanz, Maribel Verdu, Penélope Cruz, Mary Carmen Ramirez, Miriam Diaz Aroca, Gabino Diego, Chus Lampreave

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques