La Saveur de la pastèque




La sécheresse est telle à Taïwan que la population est invitée à remplacer l'eau par le jus de pastèque. Cette dernière est aussi devenue le dernier objet érotique à la mode... Elle parcourt la ville à la recherche d'eau et de pastèques. Lui, acteur dans des films pornographiques, se rafraîchit le soir dans les citernes d'eau de pluie. Un jour elle le reconnaît dans un parc. Elle lui avait acheté une montre avant de partir pour Paris (Et là-bas quelle heure est-il ?). Elle en tombe amoureuse mais lui ne peut plus désirer...

Tsaï Ming-liang est un réalisateur toujours aussi surprenant. La Saveur de la pastèque est un film ludique rythmé par des moments de comédie musicale extrèmement kitschs et grotesques et une critique très dure et très sérieuse de la pornographie puisqu'elle assèche et anéantit tous les désirs. La critique est si radicale qu'elle se retrouve dans la mise en scène et cela peut choquer (même si à bien y regarder l'humour du réalisateur se faufile partout). La séquence finale peut être assez éprouvante pour le spectateur mais c'est un moment essentiel du film puisqu'il s'agit d'un moment cathartique qui va permettre à l'acteur (formidable Lee Kang-sheng, l'acteur fétiche du réalisateur) de pouvoir enfin désirer celle qui l'aime...

Enfin, on se demande pourquoi il pleut toujours dans les films de Tsaï Ming-liang et il y a fort à parier qu'en ayant marre qu'on lui pose cette question le réalisateur ait décidé de changer de cap. Il n'en reste pas moins qu'il est toujours beaucoup question d'eau...

Willy Durand
Taïwan, 2002
1h55

Réalisation et scénario : Tsaï Ming-liang
Photographie : Liao Pen-jung
Interprètes : Lee Kang-sheng, Chen Shiang-chyi, Lu Yi-ching, Yang Kuei-mei, Simomo Yozakura, Hsiao Huan-wen, Lin Hui-xun, Jao kuo-xuan
Distribution : Pan-Européenne

Interdit au moins de 16 ans

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques