Manderlay




Grace et son père, après avoir détruit Dogville et assassiné tous ses habitants, font route vers le sud à la recherche d'un endroit où s'établir. Par hasard, ils font une halte en Alabama, devant un large portail de fer forgé fermé par une lourde chaîne. Dans un bloc de granit est sculpté le nom de la propriété : Manderlay. Alors qu’ils s’apprêtent à repartir après un rapide repas, une jeune Noire court vers la voiture et, désespérée, frappe à la fenêtre de Grace. Contre l’avis de son père, celle-ci suit la jeune fille à l’intérieur de la propriété… Elle y découvre des gens vivant comme si l’esclavage n’avait pas été aboli soixante-dix ans plus tôt. Grace décide de libérer Manderlay et de rester jusqu’à ce que les Noirs aient fait leur première récolte. Son père, en colère, la quitte...

Manderlay est le deuxième volet d'une trilogie, entamée avec Dogville, que Lars Von trier a décidé de consacrer à l'Amérique. Le dispositif est le même : une scène géante avec des maisons dessinées à la craie et quelques éléments de décors. Par contre le casting a changé puisque Nicole Kidman est remplacée par Bryce Dallas Howard dans le rôle de Grace dans lequel elle a su parfaitement se glisser. La Grace de Manderlay est tout aussi attachante et complexe que celle de Dogville.

Le film ne peut laisser indifférent tant il y a de sujets, abordés de manière métaphorique mais aussi polémique, à méditer. Lars Von Trier est une fois encore à la hauteur de ses ambitions.
Danemark, 2005
2h20

Réalisation et scénario : Lars Von Trier
Photographie : Anthony Dod Mantle
Interprètes : Bryce Dallas Howard, Isaach de Bankolé, Danny Glover, Willem Dafoe, Michaël Abiteboul, Lauren Bacall, Jean-Marc Barr, Geoffrey Bateman
Distribution : Les Films du Losange

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques