Le Moindre geste




Yves est considéré par l'institution hospitalière comme « inéducable et irrécupérable ». Pris en charge en 1958 par Fernand Deligny, éducateur singulier dont les tentatives de cures libres refusaient l'ordinaire des méthodes psychiatriques, Yves devient en 1962 le personnage central d'un film tourné dans les Cévennes.

Le Moindre geste est « un film vagabond, tourné hors des sentiers battus, hors de tout cadre de production, sans technicien ni acteur... Le scénario, manifestement inventé jour après jour, prend appui sur une fable imaginée par Deligny : Richard s'échappe de l'asile, un autre (Yves) part sur ses traces, et erre longuement dans le paysage. En se cachant, Richard tombe dans un trou. La fille d'un ouvrier de la carrière proche observe Yves resté seul et le ramène à l'asile. (…)

Josée Manenti filme Yves avec une incroyable science de la lumière et du cadre, anticipant sur chacun de ses gestes, sur ses moindres mouvements, devinant l'imprévisible. Les images sont muettes (...) mais chaque soir, de retour au village, Yves raconte sa journée dans un magnétophone. (Extraits d'un texte de Nicolas Philibert)
France, 1971
1h45

Réalisation : Fernand Deligny, Josée Manenti et Jean-Pierre Daniel
Interprètes : Yves Guignard, Richard Brougère, Numa Durand, Anita Durand, Marie-José Aubert, Fabienne D., Monsieur T., sa femme et des amis cévennols.
Distribution : Shellac

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques