My name is Joe




Chômeur, ancien alcoolique, Joe ne baisse pas les bras. Il participe à des réunions d'Alcooliques Anonymes, entraîne avec son ami Shanks une équipe de foot, la plus mauvaise de Glasgow. Il aide plus particulièrement Liam, ex-dealer, ex-taulard, qui voudrait décrocher, et sa compagne Sabine, encore toxicomane, prostituée à l'occasion, souhaitant tous deux mener une vie normale avec leur bébé. C'est chez-eux que Joe rencontre Sarah, l'assistante sociale ; il lui propose de repeindre son appartement mais cela va lui valoir des ennuis avec l'inspection du travail. Ils se revoient, se plaisent, s'aiment enfin après avoir hésité à s'engager, lui en souvenir d'une aventure précédente qui avait sombré dans l'éthylisme et la violence, elle, très indépendante et attachée à son métier. Mais Liam est menacé par le truand McGowan, à qui il doit beaucoup d'argent, et, pour éponger la dette de son ami, Joe accepte de convoyer de la drogue...

Comment faire de l'art cinématographique un instrument de contestation sociale et politique ? Tout entier tourné vers les plus démunis en quête d'une existence sociale, le cinéma réaliste de Ken Loach a su se rendre au fil du temps plus affectueux, plus généreux, plus drôle, sans pour autant se départir de ses enjeux critiques. Avec My name is Joe, Ken Loach renoue avec son univers de prédilection, celui qu'il connaît, qu'il aime et qu'il sait comme personne nous raconter : l'Angleterre des paumés, des débrouillards, des laissés pour compte, de tous les "Joe". On retrouve cet humour teinté de désespoir qui faisait la force de Raining stones, et aussi la profondeur bouleversante d'un Ladybird. Avec trois fois rien, un visage, une expression, une démarche, ces personnages ordinaires s'imposent à nous avec une telle force que l'on peut se mettre à les aimer, à vibrer avec eux.
Angleterre, 1998
1h45

Réalisation : Ken Loach
Scénario : Paul Laverty
Photographie : Barry Ackroyd
Musique : George Fenton
Interprètes : Peter Mullan, Louise Goodall, David McKay, Anne-Marie Kennedy, Gary Lewis, David Hayman
Distribution : Diaphana
Dossier pédagogique CNC - site-image.eu

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques