Nobody knows
(Dare mo shiranai)




Sakiko et Akira, son fils, se présentent à leur nouveaux voisins. Ils viennent d'emménager dans un nouvel appartement et attendent avec impatience le départ des déménageurs pour pouvoir libérer Shigeru et Yuki cachés dans les valises. Akira part ensuite chercher sa deuxième soeur, Kioko, à la gare. On comprend que Sakiko n'aurait pu trouver un nouvel appartement en déclarant autant d'enfants et en l'absence de père... Les règles sont simples, seul Akira pourra sortir, les autres enfants n'existant pas en dehors de l'appartement. Ils n'iront pas à l'école. Akira, l'aîné, se voit peu à peu confier de plus en plus de responsabilités et en premier lieu celle de s'occuper à plein temps de son frère et de ses soeurs car sa mère est souvent absente et de plus en plus longtemps. Un jour elle ne revient plus et Akira considère qu'elle ne reviendra plus...

Ce nouveau film d'Hirokazu Kore-eda (que nous avions découvert, avec After life, lors du festival des Reflets du cinéma d'Extrême Asie) est basé sur des faits réels qui disent bien l'impossibilité de vivre dans la société japonaise quand on est une femme seule avec plusieurs enfants, le rejet et l'indifférence dont on est victime quand on ne peut faire état d'une situation sociale ou familiale conforme aux autres. Hirokazu Kore-eda montre tout cela mais il s'intéresse aussi aux enfants eux-mêmes et à leur capacité de s'organiser, d'être autonomes, de construire par eux-mêmes leur individualité, de respecter la parole donnée, à leur force, leur courage. Sans l'argent et le poids de la société, ils pourraient tout.

Le film est porté d'un bout à l'autre par le jeune Yagira Yuuya (Akira) qui obtint à juste titre le prix d'interprétation masculine au dernier festival de Cannes. Nobody knows est un film touchant et très émouvant qu'il faut voir absolument.

__________


Hirokazu Kore-eda



Né en 1962 à Tokyo. Diplômé de l'Université de Waseda, Hirokazu Kore-Eda travaille d'abord pour la télévision pour laquelle il a réalisé de nombreux documentaires dont Without Memory en 1994, meilleur documentaire japonais. Il réalise son premier long métrage pour le cinéma, Maborosi, en 1995, puis en 1998 le très remarqué After Life. Viennent ensuite Distance (2001), Nobody Knows (2004), Still Walking (2008), I Wish – Nos vœux secrets (2011) et Tel père, tel fils (2013), prix du jury au Festival de Cannes.

Willy Durand
Japon, 2004
2h20

Réalisation et scénario : Hirokazu Kore-eda
Photographie : Yutaka Yamakasi
Musique : Gontiti
Interprètes : Ayu Kitaura, Yagira Yuuya, Kimura Hiei, Shimizu Momoko, Kan Hanae
Distribution : ARP Sélection
Critique - filmdeculte.com
Dossier - commeaucinema.com
Hirokazu Kore-eda - cineclubdecaen.com
Site du distributeur
Un fait divers qui a ébranlé le Japon - next. liberation.fr

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques