Une famille brésilienne
(Linha de passe)


Saõ Paulo. 20 millions d'habitants, 200 kms d'embouteillage, 300 000 coursiers. Au coeur de cette ville en transe, quatre frères essaient de (sur)vivre, tout simplement.

Reginaldo, le plus jeune, cherche obstinément son père ; Dario rêve d'une carrière de footballeur, mais l'âge, 18 ans, le rattrape; Dinho se réfugie dans la religion tandis que l'aîné, Denis, déjà père d'un enfant, gagne difficilement sa vie.
Leur mère, Cleuza, femme de ménage qui élève seule ses quatre enfants nés de pères différents, est à nouveau enceinte.

Le film nous fait suivre le parcours de ces frères qui essaient de s’en sortir, chacun à leur façon dans ce pays où la violence a la part belle et qui voit une partie de sa jeunesse sacrifiée.
La mère tente, vaille que vaille, de maintenir cette famille chaotique hors de l’eau.

Sans jamais tomber dans le pathos,Walter Salles parvient à nous rendre sensible aux destinées de ces quatre jeunes Brésiliens en évoquant des thèmes chers à la culture brésilienne : la famille, le football, la religion. C’est ainsi qu’il définit lui-même son film : « Faire un film âpre, mais où les gens pourraient, pour une fois, ne pas être jugés d’avance. Où le drame serait intérieur, lié à des problèmes de race et d’absence de structure familiale. Pour autant, nous ne voulions pas nier la présence quotidienne de la violence dans un pays où cinquante mille personnes par an, surtout des jeunes, meurent victimes d’armes à feu. »

La préparation du film en amont a été très longue et méticuleuse car Walter Salles a tenu à ancrer son récit dans le réel en ne s’inspirant que d’expériences vécues. À l’exception d’un acteur, Vinicius de Oliveira (Dario) qui figurait déjà dans Central do Brasil, ils sont tous amateurs ; la famille du film a même vécu dans la maison dans laquelle le film a été tourné afin de se familiariser avec les lieux et le voisinage.

Un film à voir, où certes beaucoup des maux dont souffre le Brésil sont jetés pêle-mêle au travers des itinéraires des protagonistes mais qui nous donne à réfléchir sur les avenirs de nos pays.

Michèle Glémain
Brésil, 2008
1h55

Réalisation : Walter Salles, Daniela Thomas
Scénario : Daniela Thomas, George Moura
Photographie : Mauro Pinheiro Jr
Musique : Gustavo Santaolalla
Interprètes : Sandra Corveloni, João Baldessarini, José Geraldo Rodrigues, Vinicius de Oliveira, Kaique Jesus Santos
Distribution : Diaphana
Critique - zerodeconduite.net
Dossier - abc-lefrance.com
Dossier - commeaucinema.com
Site du distributeur
Site du film (Brésil)

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques