Azur et Asmar




Il était une fois… deux enfants élevés par la même nourrice noire. Azur, blond aux yeux bleus, est le fils du châtelain, il ne connaît pas sa mère. Au contraire, Asmar, brun aux yeux noirs, est l’enfant de la nourrice, il n’a pas de père. Brutalement séparés, ils deviennent rivaux dans la quête de la fée des Djinns qui avait enchanté leurs rêves.

Le Réalisateur

Michel Ocelot, cinéaste d’animation, a été révélé au grand public par Kirikou et la sorcière. L’originalité et la perfection de son travail séduisent petits et grands.

Il faut se rappeler que la réalisation d’un dessin animé représente un travail colossal. Ainsi Azur et Asmar compte 1300 plans, mais ce ne sont pas moins de 13000 dessins préparatoires qui ont été élaborés au départ.

De plus, bien qu’il s’agisse d’un conte, le réalisateur s’appuie sur une solide connaissance du milieu où évoluent ses personnages. Et fort à propos, s’agissant d’une fable sur la tolérance, il s’est entouré de collaborateurs venant d’une trentaine de pays différents.

En outre, pour une documentation rigoureuse, Michel Ocelot s’est rendu dans les pays du Maghreb. Pour l’aspect architectural, il s’est inspiré des mosquées d’Istanbul et de monuments d’Andalousie. Les costumes ont été imaginés à partir de modèles issus de la civilisation persane du XVIe siècle. Il s’est également nourri de peinture européenne : Flamands et miniaturiste français du XVe siècle. L’oiseau du film rappelle le simogh, oiseau fabuleux des contes persans.

Est-ce un cinéma pour les enfants ?


Michel Ocelot refuse l'expression « films pour enfants ». « Mon secret, c'est que je ne fais jamais de films uniquement pour les enfants. Mes films sont faits pour toute la famille… Il y a des choses que je ne dis pas crûment, parce qu'il y a des enfants dans le public, mais je dis tout. Je ne peux pas faire un film qui ne m'intéresserait pas moi. Je suis mon premier spectateur, adulte et enfant, car j'ai tous mes âges en moi ! »

Une féerie musicale

La musique, très présente dans le film, est signée Gabriel Yared, l’un des plus célèbres compositeurs du cinéma français. Concerné par le dialogue entre les cultures (né au Liban, il a appris le latin, le français et l’anglais) Yared avait déjà conçu une musique aux accents orientaux pour les films Hannak de Costa-Gavras, Adieu Bonaparte de Youssef Chahine et Les Mille et une nuits de Philippe de Broca.

Les Critiques

Elles sont quasi unanimes pour encenser Azur et Asmar. En voici une sélection :

- Azur et Asmar est un conte classique : une série d'épreuves et, au bout, une morale clairement assumée. Ici, un vibrant humanisme, un plaidoyer sans ambiguïté aucune en faveur de la tolérance. (Télérama - Cécile Mury)

- (...) c'est une ouverture d'esprit à laquelle on a droit, doublée d'une belle prise de position sur la cohabitation entre les communautés française et maghrébine. (Le Parisien - Renaud Barionan)

- Plus qu'un simple hommage aux Contes des Mille et une nuits, Azur et Asmar est un enivrant voyage dans le colossal héritage culturel, artistique et religieux du Moyen-Orient. (MCinéma.com - Hugo de Saint Phalle)

- Azur et Asmar ne prend pas les enfants pour des imbéciles ni leurs parents pour de gentils accompagnateurs. (Elle - Anne Diatktine)

- Le résultat est un éblouissement de couleurs et de formes, quelque part entre le Douanier Rousseau et les enluminures persanes. (Studio Magazine - Béatrice Toulon)

En conclusion

Venez vous laisser captiver par cette magie visuelle et auditive… et, au-delà de l’enchantement, vous apprécierez certainement cette fable très utile sur la tolérance.

Michel Ocelot



Après des études aux Beaux-Arts de Rouen, il intègre Les Arts déco de Paris, avant un passage par le California Institute of the Arts, et s'oriente vers le cinéma d'animation, réalisant pour le petit et le grand écran près de 30 courts métrages et séries, dont Les Aventures de Gédéon. En 1998, il réalise son premier long métrage, Kirikou et la sorcière, inspiré d'un conte d'Afrique de l'Ouest. Cet immense succès rend possible la sortie de Princes et princesses, un montage d'anciens films du cinéaste conçus selon la technique des ombres chinoises, et ouvre la voie à un renouveau du cinéma d'animation à la française. Puis il remet en scène le personnage de Kirikou dans Kirikou et les bêtes sauvages (2005), avant de réaliser Azur et Asmar en 2006.

Annick Duval
France, 2006
1h28

Réalisation, scénario et graphisme : Michel Ocelot
Musique : Gabriel Yared
Chanson : Souad Massi
Avec les voix de : Cyril Mourali, Karim M’Ribah, Hiam Ablass, Patrick Tmist, Fatna Ben Khell, Rayan Mahjoub, Abdelsselem Mahjoub
Distribution : Diaphana

__________


Dossier pédagogique réalisé par Nicole Montaron ici.
Critique - afrik.com
Critique - critikat.com
Critiques - critico-blog.viabloga.com
Dossier cinedoc - cndp.fr
Dossier pédagogique CNC - site-image.eu
Entretiens - frenchanimation.com
Michel Ocelot - fr.wikipedia.org

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques