La Terre des hommes rouges
(La terra degli uomini rossi)




De nos jours au Brésil, dans la région du Mato Grosso, Nadio, le chef d’une tribu Guarani-Kaiowa, décide de quitter la réserve et d’installer son campement sur la terre de ses ancêtres occupée maintenant par les Blancs. Malgré les menaces et les intimidations des propriétaires terriens, les Indiens décident de rester sur place pour reprendre leurs droits coûte que coûte. Mais une idylle se noue entre la fille d’un riche fermier et Osvaldo, le disciple du chaman ; l’hostilité des Blancs est à son paroxysme et l’affrontement semble inévitable.

C’est un film qui avant tout dénonce l’injustice dont sont victimes au Brésil les Indiens Guaranis chassés de leurs terres. Marco Bechis a mis en scène des personnages très puissants : Nadio, chef de la tribu, déterminé à conduire son peuple vers la résistance, les jeunes, qui pour survivre, sont écartelés entre modernité et tradition, les Blancs qui ne veulent pas abandonner leurs terres. Deux mondes se font face, sans jamais cesser de s’observer mais aussi sans jamais se comprendre.

Des scènes très fortes : les suicides des jeunes, les vieux et l’alcool, le chamanisme et ses rituels et des paysages sublimes avec le vert des forêts, le rouge de la terre.

Marco Bechis, réalisateur engagé, avait montré sa position sur le problème de la déforestation en Amazonie, qu’il montre encore ici ; victime de la dictature en Argentine, il avait dénoncé les conséquences d’un régime totalitaire sur les familles (Garage Olimpo) ; dans La terre des hommes rouges il poursuit son combat et donne la parole aux Indiens : « C’est un film sur la question de l’Autre, dit-il, cet Autre si souvent ignoré. »

__________


Marco Bechis




Né à Santiago du Chili en 1955, Marco Bechis a grandi en Argentine. En 1977, il est expulsé d’Argentine pour des raisons politiques et s’exile à Milan. Enseignant à Buenos Aires et photographe à New York, il découvre la réalisation à la Albedo Film School de Milan en 1981. Il réalise son premier long métrage, Alambrado, en 1991. En 1999, il réalise Garage Olimpo puis, en 2008, La Terre des hommes rouges.

Janick James
Brésil / Italie, 2008
1h50

Réalisation : Marco Bechis
Scénario : Marco Bechis, Luiz Bolognesi, Lara Fremder
Photographie : Hélcio Alemão Nagamine
Musique : Andrea Guerra
Interprètes : Claudio Santamaria, Chiara Caselli, Matheus Nachtergaele, Leonardo Medeiros, Alicélia Batista Cabreira, Abrísio da Silva Pedro, Ademilson Concianza Verga
Distribution : Océan Films Distribution Int.
Critique - lemonde.fr
Dossier - abc-lefrance.com
Dossier - commeaucinema.com
Site pédagogique - zerodeconduite.net

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques