Le Violon
(El violin)


Musiciens et paysans, Don Plutarco, son fils Genaro et son neveu Lucio, appartiennent à la guérilla qui cherche à renverser le régime militaire. Quand l'armée encercle le village, Don Plutarco s'enfuit et gagne la montagne où Genaro et les guérilleros préparent une contre attaque...

Mais les munitions dont ils ont besoin sont restées cachées au village dorénavant occupé par l'armée. Plutarco, sous son apparence de vieux musicien inoffensif retourne au village chaque jour pour essayer de récupérer les munitions.

Tourné en noir et blanc et adapté d'un livre de Carlos Prieto, Le Violon est un film qui dénonce avec force l'oppression et les discriminations dont sont victimes les paysans, ainsi que les méthodes employées par l'armée pour venir à bout de la guérilla. Le début du film, en quelques plans, dit ce qu'il y a dire là-dessus de manière brève mais radicale.

Il s'agit alors du très beau portrait d'un vieil homme (admirablement interprèté par Don Ángel Tavira) fermement décidé à aller jusqu'au bout pour aider la guérilla. Musicien, il peut prendre des risques sans qu'on le soupçonne. Débute alors un dialogue tout en finesse et très dangereux entre le musicien, son violon et le commandant de l'armée et qui nous oblige à retenir notre souffle d'un bout à l'autre du film car malgré la musique la situation est très tendue. Don Plutarco ne pouvant agir que lorsque la confiance semble acquise sans en avoir pour autant vraiment la certitude.

Premier film de Francisco Vargas Quevedo, Le Violon est une grande réussite et nous permet de découvrir un nouveau réalisteur mexicain plein de talent. Le travail sur le noir et blanc est magnifique et le récit parfaitement bien mené. Le réalisateur nous pousse à nous attacher à son personnage sans pour autant laisser de côté son propos, rendre la parole aux paysans dont la vie semble compter si peu.

Willy Durand
Mexique, 2005
1h38

Réalisation et scénario : Francisco Vargas Quevedo
Photographie : Martín Boege Paré
Musique : Cuauhtémoc Tavira, Armando Rosas
Interprètes : Don Ángel Tavira, Dagoberto Gama, Gerardo Taracena, Fermín Martínez, Mario Garibaldi
Distribution Bodega Films

Entretien avec Francisco Vargas Quevedo ici.
Critique - iletaitunefoislecinema.com
Critiques - critico-blog.viabloga.com
Dossier - abc-lefrance.com
Entretien - iletaitunefoislecinema.com
Entretien avec Francisco Vargas Quevedo - atmospheres53.org

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques