Sommeil amer
(Khab-e talkh)




Esfandiar règne en maître sur le petit monde du cimetière de Khomeyni Chahr, une petite ville du centre de l’Iran. Sans égards pour le petit peuple des subalternes, il les accable de son mauvais caractère. Entouré d’une laveuse de cadavre exploitée, d’un apprenti incompétent, d’un fossoyeur opiomane, d’un médecin nostalgique et de bien d’autres encore, il supervise avec rigueur son champ de sépultures. On ne rigole pas avec la mort ! Et ce d’autant moins qu’un jour, pris d’un malaise, un doute terrible l’accable : serait-il donc mortel lui- aussi ? S’envisageant brusquement comme le prochain sur la liste, Esfandiar se lance dans une grande campagne effrénée de réconciliation et de rachat. Pas si simple !

En dépit de la gravité du sujet et du lieu où il se déroule, un cimetière et ses annexes, le film n'est ni ennuyeux ni macabre. Au contraire, tout en naviguant entre documentaire et fiction, le film relève surtout de la comédie grâce notamment à des personnages truculents et attachants, interprétés par des acteurs non professionnels qui, pour la plupart, exercent dans la vie le rôle qu'ils interprètent à l'écran. Un sujet périlleux, une réalisation originale et un casting inattendu, le cinéaste a pris des risques pour son premier long métrage et c'est parfaitement réussi.

Willy Durand
Iran, 2004
1h30

Réalisation et scénario : Mohsen Amiryoussefi
Photographie : Bayram Fazli
Interprètes : Abbas Esfandiari, Delbar Ghasri, Mohsen Rahimi, Safar-Ali Safari, Yadollah Anvari, Asghar Kazemi
Distribution : Les Films du Paradoxe
Critique - critikat.com
Critique - lemonde.fr
Critique - moviessansfrontiers.blogspot.com
Dossier - commeaucinema.com
Dossier de presse
Entretien - lemonde.fr

accueil - programmations - festival reflets du cinéma - éducation au cinéma - autres projets - liens - infos pratiques